English français
 

Eloigner les pauvres de la ville

By Sidiki Daff (CERPAC)

Penda Ndiaye, membre fondatrice du Centre de Recherches Populaires pour l’Action Citoyenne (CERPAC), expose (lors du Forum Social Mondial 2001 à Dakar) son vécu de déguerpie des années 70. Les populations pauvres du centre ville de Dakar ont été installées manu militari à Guédiawaye, dans une zone sans aucune infrastructure (éducation, santé, assainissement, eau, électricité etc.). Ses parents ne pouvant assurer son transport vers son école (à Dakar), elle interrompt ses études.Aujourd’hui encore les conséquences d’un tel fait ont pesé lourdement sur son devenir. C’est pourquoi, elle est prête à s’engager dans tous les combats menés contre les déguerpissements car ils déstructurent, la famille, compromettent l’avenir des enfants et des familles entières.

Ces mêmes populations sont menacés aujourd’hui de déguerpissement à cause des inondations ou de l’autoroute à péage privée qui transverse ces quartiers. Elle lance un  cri du coeur très fort :  « ne sommes nous des êtres humains? Veulent-il nous expulser de la ville? N’avons-nous pas droit à un mieux être?".  Sa réponse est :  " Nous resterons dans le cadre que nous avons choisi, c’est un droit que nous ferons respecter ».

  Les bidonvillois de Dakar présents à cet atelier, les populations victimes des inondations doivent s’unir car le combat est commun. Les femmes, premières victimes doivent être aux avants postes car l’Etat n’a pas de solutions viables. La cité Jaxaay créée par l’Etat et louée aux populations victimes des inondations est elle même inondée. C’est le serpent qui se mord la queue.

video n 06 : Eloigner les pauvres du centre ville et les parquer dans des banlieues lointaines (Sénégal)