English français
 

Rapport de synthèse de la Session N°1 du FMA au Burkina

La mobilisation et la gestion des flux financiers par les CT et le financement du développement Loca

By Boureima Ouedraogo, AYASSYA Ouedraogo (ARGA/Burkina-LC, November 30, 2013)

ARGA/Burkina a inscrit dans son plan stratégique 2012 – 2016, la construction du FMA comme l’une de ses activités phares. Le FMA Burkinabé prend en compte le contexte particulier du pays et des enjeux majeurs de gouvernance. L’objectif est ici de créer les conditions pour la mise en débats des politiques publiques, tant au niveau national que local (communal et régional), d’identifier collectivement les acquis à consolider et les insuffisances à combler.

En se référant aux différents foras et espaces de débats organisés par ARGA/Burkina en 2011, il ressort que la gestion des affaires publiques au Burkina Faso nécessite la construction de cadres de dialogue entre l’Etat, les organisations sociales, les communautés religieuses et coutumières, le secteur privé, les universitaires, les instituts de recherche, les partenaires techniques et financiers, les jeunes, les femmes, les sages, etc.

En vue d’apporter sa contribution à ce nécessaire dialogue inclusif sur la gestion publique au Burkina Faso, ARGA/Burkina a mis en place le FMA Burkina Faso. Pour lancer le processus, elle a décidé de construire des partenariats avec d’autres acteurs de la société civile et au niveau institutionnel pour entrer matière par la gouvernance locale. C’est dire que les premières séances du FMA seront consacrées à la gouvernance locale à travers des thématiques porteuses des préoccupations de l’ensemble des acteurs.

La première séance, organisée les 17 et 18 octobre 2013, a porté sur le thème «la gestion et la mobilisation des flux financiers par les collectivistes territoriales et le financement du développement local ». Cette séance a été organisée conjointement avec le Laboratoire citoyennetés à travers son programme d’appui aux collectivités territoriales (AGCT), avec la collaboration du ministère en charge de la décentralisation et de l’aménagement du territoire.

Elle a réuni une soixantaine de participants venus du monde politique, de l’Administration publique et de la société civile (voir liste des participants en annexe), des personnes ressources, des partenaires techniques et financiers et la participation du Centre de ressources de ARGA siège basé à Dakar, représenté par M. Sidiki DAFF.

La modération des travaux a été assurée par Karifara Séré, ancien secrétaire Général du ministère de l’administration territoriale et de la décentralisation, ancien secrétaire permanent de la conférence nationale de la décentralisation (STP/CONAD).

Le présent rapport rend compte des travaux en quatre parties : la cérémonie d’ouverture, le panel introductif, le partage d’expériences des acteurs et les grandes conclusions des débats.