English français
 

Le financement d’un développement résilient au changement climatique en Afrique

Project

Theme-based keywords

un programme d’action pour l’après-Copenhgue

By Michael Keating(s/dir) (Africa Progress Panel)

Alors que sa contribution à l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre est minime, l’Afrique risque bien d’être le continent le plus gravement touché par les effets du changement climatique. Elle a donc besoin de ressources importantes, en plus de celles consacrées au développement, pour se préparer aux conséquences inévitables de celui-ci.

La plupart des mesures d’adaptation sont connues et les interventions éprouvées en matière de développement doivent être accrues (augmentation du nombre de moustiquaires contre les maladies infectieuses, accroissement des investissements dans le domaine du stockage de l’eau) ; Il est de plus nécessaire de prévoir que les coûts seront de manière générale plus élevés (par exemple pour des normes de construction plus rigoureuses permettant de mieux résister aux événements météorologiques extrêmes). En conséquence, le « développement » et « l’adaptation au changement climatique » sont concrètement indissociables. Non seulement ces interventions doivent être le fait des mêmes entités, mais leur financement doit également être fourni de façon cohérente. Des ressources financières supplémentaires sont nécessaires pour réaliser les objectifs du Millénaire pour le développement, préparer le continent africain aux effets du changement climatique et y atténuer les effets des émissions de gaz à effet de serre. Le secteur privé peut jouer un rôle important dans le cadre de la mobilisation des ressources pour atténuer les effets du changement climatique et investir dans la réalisation des grands ouvrages d’infrastructure, mais les mesures d’adaptation et la plupart des dépenses consacrées à la réalisation des OMD doivent faire l’objet d’un financement public.

Download