English français
 

Renforcement des capacités des femmes en politique et en gestion des affaires publiques au Bénin

Appuyer la formation des candidates potentielles au leadership et au management des organisations et à la bonne gouvernance

By RIFONGA-BENIN (HD, October 2005)

Le processus démocratique en cours au Bénin tire son fondement de la Constitution du 11 décembre 1990. Elle dispose en son article 26 : « L’Etat assure à tous l’égalité devant la loi sans discrimination d’origine, de race, de sexe, de religion, d’opinion politique ou de position sociale. L’homme et la femme sont égaux en droit… » . Plusieurs mesures ont été prises par les différents gouvernements qui se sont succédés pour traduire, ce principe dans les faits ; notamment avec la création, en 1993, de la Commission Nationale pour l’Intégration de la Femme au Développement (CN/IFD) et la création, en 1998, d’un Ministère chargé de la promotion de la femme (l’actuel Ministère de la Famille, de la Protection Sociale et de la Solidarité).

Aujourd’hui, toutes les initiatives en faveur du développement, qu’il s’agisse des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), du Nouveau Partenariat pour le Développement de l’Afrique (NEPAD), du Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté (DSRP) et les Approches Sectorielles, mettent l’accent sur l’intégration effective de la femme dans le processus de démocratisation.

Les autorités politiques, les organisations de la société civile et les partenaires au développement inscrivent leurs interventions dans ces différents cadres tracés à propos. C’est en ce sens que la coopération danoise (DANIDA) a initié le Programme de Gouvernance et Droit de la Personne (PGDP). L’objectif général de ce programme est de renforcer la démocratie par l’amélioration de la gouvernance et la promotion des droits de la personne. Pour atteindre cet objectif général, l’un des objectifs spécifiques est d’améliorer le statut juridique, politique et économique des femmes et des enfants.

Le Réseau pour l’Intégration des Femmes des ONG et Associations Africaines, section du Bénin (RIFONGA-BENIN), un réseau de femmes ayant pour objectif d’élever le taux de participation des femmes à la prise de décision dans la vie politique, d’informer et de former les femmes sur leurs droits et devoirs en vue de leur participation effective au développement socio-économique du Bénin participe à ce programme.

Le RIFONGA-BENIN s’est doté d’un plan stratégique horizon 2002 – 2007. Il s’agit pour le réseau :

  • d’assurer la promotion effective des femmes leaders à divers niveaux politiques,

  • d’assurer l’élévation du niveau d’instruction des femmes.

Ces orientations stratégiques découlent de la vision du RIFONGA-BENIN qui entend être un creuset de femmes des ONG et associations béninoises dont les idées et les actions éclairent et influencent les décideurs et la population pour une meilleure représentativité des femmes compétentes et combatives dans les sphères de prise de décisions, de la base au sommet, en vue d’un développement durable.

Le Réseau a exécuté de 2000 à 2003, des actions ayant permis de relever ce taux de participation des femmes au sein des instances de prises de décisions et de renforcer leurs capacités en politique.

La réalité est pourtant que la population béninoise est à dominance féminine, 52 % selon les estimations de 1997. Mais en dépit de cette importance numérique, la femme béninoise reste tributaire de valeurs socioculturelles et politiques qui sont autant d’obstacles qui contribuent à façonner sa position et son comportement au sein de la société. Et c’est en cela que le PGDP requiert tout son sens et toute sa pertinence.

La participation du RIFONGA à ce programme s’inscrit dans la continuité des actions qu’il a entreprises pour atteindre ses objectifs.

Une convention a été signée par la coordination du RIFONGA – BENIN, dont les membres sont des alliées au Bénin, le 16 septembre 2005 avec DANIDA pour la mise en œuvre de deux projets intitulés respectivement :

1- « Renforcement des capacités politiques et de gestion des femmes potentiellement candidates et des élues actuelles »  ;

2- «Renforcement des capacités de management et de leadership des candidates potentielles » .

La mise en œuvre de ces deux projets a commencé depuis le mois d’octobre 2005 et se poursuivra jusqu’en 2007.

Full text

Résultat : Les capacités de management et de leadership des candidates potentielles sont renforcées

Activité : Appuyer la formation des candidates potentielles au leadership et au management des organisations et à la bonne gouvernance

INTRODUCTION

Après avoir pris connaissance et étudié le Dossier d’Appel d’Offres, nous formulons ici, notre proposition d’offre technique. Mais avant, nous développons notre compréhension du contexte du programme. Ensuite nous proposons, de façon détaillée, notre stratégie de mise en œuvre, notre approche méthodologique, nos références en la matière ainsi que les ressources humaines que nous envisageons d’affecter à l’exécution de ce volet du PGDP.

1- Contexte et justification

Le processus démocratique en cours au Bénin tire son fondement de la Constitution du 11 décembre 1990. Elle dispose en son article 26 : « L’Etat assure à tous l’égalité devant la loi sans discrimination d’origine, de race, de sexe, de religion, d’opinion publique ou de position sociale. L’homme et la femme sont égaux en droit… » . Plusieurs mesures ont été prises pour traduire ce principe dans les faits ; notamment avec la création, en 1993, de la Commission Nationale pour l’Intégration de la Femme au Développement (CN/IFD) et la création, en 1998, d’un Ministère chargé de la promotion de la femme (l’actuel Ministère de la Famille, de la Protection Sociale et de la Solidarité).

Aujourd’hui, toutes les initiatives en faveur du développement, qu’il s’agisse des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), du Nouveau Partenariat pour le Développement de l’Afrique (NEPAD), du Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté (DSRP) et les Approches Sectorielles, mettent l’accent sur l’intégration effective de la femme dans le processus de démocratisation.

Les autorités politiques, les organisations de la société civile et les partenaires au développement s’inscrivent dans ces différents cadres tracés pour intervenir. C’est en ce sens que la coopération danoise (DANIDA) a initié le Programme de Gouvernance et Droit de la Personne (PGDP). L’objectif général de ce programme est de renforcer la démocratie par l’amélioration de la gouvernance et la promotion des droits de la personne. Pour atteindre cet objectif général, l’un des objectifs spécifiques est d’améliorer le statut juridique, politique et économique des femmes et des enfants.

Le Réseau pour l’Intégration des Femmes des ONG et Associations Africaines section du Bénin (RIFONGA-BENIN), un réseau de femmes ayant pour objectif d’élever le taux de participation des femmes à la prise de décision dans la vie politique, d’informer et de former les femmes sur leurs droits et devoirs en vue de leur participation effective au développement socio-économique du Bénin.

Le RIFONGA-BENIN s’est doté d’un plan stratégique horizon 2002 – 2007. Au nombre des quatre orientations stratégiques formulées, il s’agit pour le réseau :

  • d’assurer la promotion effective des femmes leaders à divers niveaux politiques,

  • d’assurer l’élévation du niveau d’instruction des femmes.

Ces orientations stratégiques découlent de la vision du RIFONGA-BENIN qui entend être un creuset de femmes des ONG et associations béninoises dont les idées et les actions éclairent et influencent les décideurs et la population pour une meilleure représentativité des femmes compétentes et combatives dans les sphères de prise de décisions, de la base au sommet, en vue d’un développement durable.

Le Réseau a exécuté de 2000 à 2003 des actions ayant permis de relever ce taux de participation des femmes au sein des instances de prises de décisions et de renforcer leurs capacités en politique.

La réalité est pourtant que la population béninoise est à dominance féminine, 52 % selon les estimations de 1997. Mais en dépit de cette importance numérique, la femme béninoise reste tributaire de valeurs socioculturelles et autres obstacles contribuant à façonner d’une manière peu acceptable sa position dans la société. Et c’est en cela que le PGDP requiert tous son sens et toute sa pertinence.

La participation du RIFONGA à ce programme s’inscrit dans la continuité des actions qu’il a entreprises pour atteindre ses objectifs.

La présente soumission d’offre technique démontre de la volonté du Réseau à collaborer avec la Coopération Danoise.

2 – Approche proposée et stratégie générale

2.1- Stratégie de mise en œuvre : programme proposé pour atteindre le résultat. Adéquation des activités par rapport aux objectifs du PGDP

2.1.1 Groupes Cibles

Cette activité se réalisera dans les douze (12) départements et regroupera, par département, des femmes membres des groupes socioprofessionnels et ONG. Par cette formation, les femmes seront plus outillées pour analyser les espaces de préparation des élections ainsi que les diverses actions de soutien à l’égard des candidatures féminines dans l’élection des Conseillers Municipaux, des Députés, du Président de la République, ainsi que pour oeuvrer à la création d’un leadership féminin local.

En ciblant les femmes membres des groupes socioprofessionnels et des ONG, l’on s’assure d’une diffusion plus large de l’information par la formation en cascade des autres membres des groupes et des ONG.

Pour expliquer la faible participation des femmes aux processus politiques, allusion est souvent faite aux faibles capacités des femmes dans plusieurs domaines d’importance tels que la capacité de gestion financière et administrative, la capacité de planification stratégique et la capacité politique de négociation et de communication. La présente action vise directement les femmes potentiellement candidates aux élections et les élues actuelles (conseillères municipales, députées) pour apporter un appui au renforcement de leurs capacités aux niveaux politiques et au niveau de la gestion d’organisation et de la chose publique, ce qui contribuera au positionnement des candidates dans les processus électoraux. Les femmes potentiellement candidates sont celles qui ont un certain niveau d’activité dans les organisations politiques et communautaires, c’est à dire les femmes membres des organes de prise de décision au sein de ces organisations, y compris le conseil communal. Les femmes des groupements socioprofessionnels seront donc formées à faire valoir leur présence et leur pouvoir dans la préparation des critères d’inscription sur les diverses listes afin d’exercer leur participation effective au développement de leur localité respective ou de leur pays.

2.1.2 Objectifs :

Les objectifs à atteindre sont :

  • Sensibiliser les femmes à participer pleinement à la prise de décision dans tous les types d’organisations communautaires et politiques.

  • Renforcer les capacités des femmes à pouvoir exercer cette participation dans les domaines où on constate une insuffisance de compétence à leur niveau, notamment la capacité économique, la capacité de gestion financière et administrative, la capacité de planification stratégique et la capacité politique.

  • Préparer les femmes à être aptes à s’engager dans les compétitions électorales en leur fournissant des outils professionnels d’engagement et des mécanismes de mobilisation pour les élections.

  • Avoir de meilleures pratiques de management dont souvent l’absence amène les femmes à accepter de jouer les seconds rôles.

  • Renforcer les capacités et connaissances des femmes en matière de management des ressources humaines, matérielles et financières au sein des organisations dont elles sont leaders, puis en méthodes de leadership et de bonne gouvernance

2.1.3- Stratégies

Ainsi, pour atteindre l’objectif, la stratégie va constituer à mener les actions en visant prioritairement les échéances électorales. Celles des deux prochaines années sont :

  • Les Présidentielles : mars 2006

  • Les Législatives : mars 2007

  • Les Municipales : décembre 2007

Ces activités seront réalisées durant les périodes mortes entre deux élections.

Il s’agira tout d’abord d’identifier les candidates potentielles aux différentes élections. Ces dernières seront en principe retenues parmi les femmes leaders des 12 départements.

Le premier mois de l’exécution du projet (septembre 2005) servira donc à lister ces femmes leaders, celles faisant partie des bureaux des groupements féminins et associations de développement, celles occupant des postes élevés dans différentes catégories socioprofessionnelles, celles occupant des niveaux les plus élevés dans les démembrements des partis politiques, dans les services techniques administratifs déconcentrés et communaux. Une fois ces listes bien finalisées, des séries de formation seront organisées sur le management, la bonne gouvernance et le développement du leadership politique avec des thèmes pertinents en vue de relever le niveau politique des femmes et leurs connaissances en matière de communication, d’organisation, de gestion des ressources humaines, matérielles et financières.

Un manuel de formation sur ces thèmes sera rédigé par un consultant sur la base de termes de référence pendant 15 jours. Ce manuel, édité par un comité technique composé de responsables du RIFONGA et ee personnes-ressources, sera traduits en langues locales (fon et dendi) et multiplié en 1800 exemplaires de la manière suivante : 1000 en français, et 400 dans chacune des deux langues.

Une formation des formateurs sera réalisée. Les formateurs seront le consultant ayant rédigé le manuel et un autre consultant externe, expert dans le domaine du management et du leadership. Les participantes à cette formation sont les membres du RIFONGA, spécifiquement les responsables à tous les niveaux, central, départemental et local, car ce sont ces dernières qui deviendront des formatrices pour les candidates potentielles, élues actuelles et femmes leaders de nos départements.

Le nombre de formations de ces groupes cibles dépend des échéances électorales. Ainsi, pour préparer les présidentielles, une formation se tiendra pendant le dernier trimestre de 2005 avec des candidates potentielles aux présidentielles, mais surtout envers des femmes leaders pour leur apprendre à mener des actions de soutien, car la réalité nous amène à dire que peu de femmes seront candidates à ces élections. De ce fait, cette formation servira à apprêter les femmes pour savoir soutenir leurs candidates sans se laisser influencer par les hommes. Elles seront encadrées et outillées pour ne pas se faire embobiner comme pour les élections passées.

Après les élections présidentielles, les actions seront menées au cours de l’année 2006 dans le cadre des élections législatives de mars 2007 puis au cours de 2007 en prélude aux élections municipales de décembre 2007 avec les cibles potentielles liées à ces élections. Les formations seront appuyées par des émissions radiophoniques et télévisées en langues locales et en Français sur des chaînes de grande écoute.

2.2. Résultats attendus.

Toutes ces actions stratégiques aboutiront aux résultats suivants :

  • Les femmes leaders, candidates potentielles et élues actuelles du Bénin, de toutes catégories, sont identifiées et organisées ;

  • Ces femmes sont outillées pour analyser la situation politique du pays, définir clairement leur rôle en tant qu’actrices du développement, et adopter une stratégie de préparation des élections.

  • Les femmes maîtrisent diverses actions de soutien à l’égard des candidates.

  • Les femmes leaders ont leurs capacités de leadership, de management et de bonne gouvernance des femmes renforcées aux niveaux local et national

  • Les femmes comprennent l’importance de se doter d’un programme politique (plan de société)

  • Elles sont capables de susciter des candidatures féminines, de décrire le processus électoral, d’identifier et d’inciter les autres femmes à mener des actions de soutien aux candidates.

Les messages radiodiffusés

Avant les formations des groupes – cibles, des messages radiodiffusés seront élaborés, réalisés et diffusés sur des radios nationales, communautaires et de proximité. Les radios sont retenues en tenant compte de leur zone de couverture afin de toucher la population de tout le département et en tenant compte de leur taux d’écoute.

Les formations.

Les thèmes des communications seront choisies parmi les suivantes :

  • Les valeurs intrinsèques de la femme en politique,

  • Importance de la participation des femmes à la prise de décision politique et difficultés de leur positionnement sur les listes de candidature,

  • Leadership politique et bonne gouvernance : contenus et exigences,

  • Evolution et contenu des textes en matière électorale (présidentielle, législative, communale…),

  • Rôle de la communication en politique,

  • Le processus de communication et d’organisation : la gestion des ressources humaines, matérielles et financières,

  • L’élaboration et l’exécution d’un budget (de fonctionnement et de campagne)

Les travaux de groupes

Des travaux en groupes permettront de renforcer les thèmes développés pendant les communications et d’amener les participantes à réfléchir sur les actions à entreprendre. Il s’agit d’exercices qui vont se dérouler sous plusieurs formes : réflexion, jeux de rôle, simulations, etc.

Les thèmes des travaux de groupes sont :

  • Déterminer les arguments et les stratégies qu’une femme leader peut mettre en œuvre pour supporter une femme candidate,

  • Faire ressortir la force des alliances pour de meilleurs résultats,

  • Déterminer les stratégies utilisées contre le pouvoir de l’argent – Comment mobiliser des ressources pour une campagne électorale réussie,

  • Comment identifier et prendre en compte les besoins prioritaires des populations en général et des femmes en particulier dans l’élaboration d’un programme politique.

Les langues de communication

Les communications seront présentées en français et en langue locale du milieu. Les membres de l’ONG de base, organisatrice, serviront de traducteurs (trices) dans le cas où le formateur ne comprendrait pas la langue du milieu.

Les émissions radio et télévisées

Après les formations, les femmes formées prendront part à des émissions radiodiffusées où elles restitueront en quelque sorte ce qu’elles ont retenu des formations. Elles pourront ainsi passer le message et inciter les autres femmes à se lever pour s’impliquer dans les activités de leur localité. Les thèmes des émissions seront des sous- thèmes de ceux discutés lors des formations. Les émissions seront interactives, c’est à dire qu’elles pourront recevoir des questions de la part des auditeurs (trices) et y répondre.

Parmi les quatre chaînes de télévision existant au Bénin, deux ont été choisies pour réaliser les émissions radios diffusées : il s’agit de la télévision nationale qui est vue et écoutée presque sur toute l’étendu du territoire, et la nouvelle chaîne de télévision de Bohicon dénommée Télé Carrefour. Le choix de cette dernière chaîne est dû au fait qu’il est situé au centre du pays et couvre le département du Zou.

Méthodologie et approche technique 

Qualité, connaissances techniques, idées innovatrices et pertinence de la proposition. Cohérence entre activités proposées et résultats attendus.

Le travail sera exécuté par le RIFONGA-Bénin, un réseau de portée nationale et ayant ses démembrements sur toute l’étendue du territoire national. C’est donc ses ONG de base qui sont présentes dans les douze (12) départements du pays, qui mèneront les activités pour le compte du réseau. Le RIFONGA a des antécédents positifs et concluants dans le domaine d’activité d ce projet. Il dispose d’un pool de consultants et personnes ressources avec les backgrounds adéquats.

La méthodologie pour la mise en œuvre sera la suivante :

  • Planification des activités par volet et par mois ainsi que la désignation des ONG responsables dans chaque département;

  • Rédaction des guides minimum par activité en vue de la mise en œuvre sur le terrain ;

  • Journée de lancement du projet ;

  • Exécution du projet,

  • Rédaction des rapports et production des pièces justificatives,

  • Prévisions d’équipes de supervision sur le terrain, Suivi,

  • Evaluation à mi parcours et à la fin du projet

La méthodologie plus détaillée, point par point, comportera les points suivants :

  • 1. Identification des groupements féminins, les groupes socioprofessionnels, les partis politiques, les autorités communales par département

  • 2. Identification des femmes leaders et candidates potentielles aux prochaines échéances électorales (présidentielles, législatives, municipales)

  • 3. Identification d’un certain nombre de candidates potentielles parmi les femmes leaders des groupes socio professionnels et des ONG dans chacun des 12 départements du Bénin

  • 4. Réalisation de messages radiodiffusés

  • 5. Organisation des séries de formations à l’endroit des candidates potentielles au leadership et au management des organisations et à la bonne gouvernance

  • 6. Réalisation d’émissions radiodiffusées et télévisées avec les femmes leaders

  • 7. Organisation de tournées de suivi pendant les formations

  • 8. Organisations des évaluations internes à mi-parcours et finales