English français
 

Quand un village burkinabé se retrouve sans réserve foncière

By Roger SANKARA/Journal l’Evenement

Il est question de la rubrique « Lucarne citoyenne » du journal L’Evènement n° 205 du 10 mars 2011 faisant état d’un conflit foncier dans le village de Yendéré, situé à 55 km au sud de Banfora dû à l’ignorance du chef, de ses droits de propriétaire terrain ou de la législation foncière tout simplement. la sensibilisation des populations sur la législation foncière permettra de réduire le nombre des conflits fonciers.

Full text

Quand un village se retrouve sans réserve foncière

Dans la rubrique « Lucarne citoyenne », L’Evènement n° 205 du 10 mars 2011 fait état d’un conflit foncier dans le village de Yendéré, situé à 55 km au sud de Banfora. Il est question d’un terrain de 500 ha, cédé par le chef du village à un expatrié qui en avait fait un champ d’anacardiers. A la fin du séjour de l’expatrié au Burkina Faso, le terrain est passé entre les mains d’une opératrice économique. Laquelle s’opposait, fait savoir le journal, à une construction d’école sur le site.

La difficulté dans cette affaire résidait dans l’impossibilité de connaître les termes et la nature de l’entente par lequel le chef du village avait autorisé l’exploitation du terrain par l’expatrié. Et le journal de se demander : « Combien de terres sont aujourd’hui vendues à des prétendues agro businessmen et qui constituent un patrimoine collectif des communautés villageoises tout entière ? ».

« Malgré la nouvelle loi sur le foncier, c’est l’anarchie qui continue de régner dans le secteur. On n’a pas besoin d’être un devin pour dire que les conflits fonciers seront les grandes poudrières de demain. Et demain a déjà commencé », conclut le journal.

Il faut ici voir ce à quoi l’ignorance des propriétaires terriens peut aboutir. Soit, ils ne prennent pas toutes les précautions quand ils cèdent leur terre, soit ils sont grugés par les « nouveaux acteurs » qui abusent de leur générosité. L’article pose la nécessité de la sensibilisation des populations rurales à plus de prudence dans la gestion des terres.

Auteur : R. Sanakara