English français
 

Quelques stratégies et pratiques identifiées dans le cadre de l’adaptation et la réduction (atténuation) des impacts du Changement climatique à Madagascar

By (June 2015)

Pascal Razanakoto a fait un résumé des stratégies et pratiques identifiées dans le cadre de l’adaptation et la réduction des impacts du changement climatique à Madagascar.

Full text

Quelques stratégies et pratiques identifiées dans le cadre de l’adaptation et la réduction (atténuation) des impacts du Changement climatique à Madagascar

Malgré la faible contribution de Madagascar au Changement Climatique Global, le pays abrite un grand nombre de Communautés en situation de pauvreté et de vulnérabilité. Les écosystèmes sensibles et de grandes valeurs sont également susceptibles d’être parmi les plus touchées par les impacts du Changement Climatique. Le Plan d’action National d’Adaptation au Changement climatique initié (2006) et mis en œuvre par l’Etat (Ministère de l’Environnement) depuis le COP17 de Durban a été le point d’orgue, mais des stratégies innovantes à l’échelle régionale et à l’échelle locale (Collectivités Territoriales Décentralisées ou CTD) sont aussi observées.

Voici quelques stratégies et Pratiques dans le cadre de l’adaptation et la réduction des impacts du Changement climatique.

1) Un plaidoyer pour Madagascar à la COP21 (début 2015), se basant sur la ressource «Sol» et les secteurs agricoles et forestiers à Madagascar, a mis en évidence deux principaux axes dans les sens de l’adaptation, et de la réduction (atténuation) des impacts du changement climatique :

  • Capitaliser les connaissances récentes sur les changements climatiques à Madagascar, les constats actuels et les prévisions, et leurs impacts principalement sur trois secteurs clés: le sol, l’agriculture, l’environnement et la biodiversité,

  • Évaluer à l’échelle nationale et/ou régionale les différentes stratégies d’adaptation et d’atténuation existantes et en analyser les mises en œuvre, les limites afin de pouvoir formuler des recommandations pour la prise en compte à différentes échelles (paysans, Communautés locales, ONG, décideurs et bailleurs de fonds),

2) Création d’une Plateforme de différents acteurs (Administration publique, société civile, partenaires) dans le domaine du changement climatique à Madagascar : le Groupe thématique pour le Changement Climatique (GTTC). Son objectif est l’harmonisation des différentes initiatives et l’apport d’expertise dans le cadre des mesures d’adaptation et d’atténuation du changement climatique. A cet effet, les membres du GTTC partagent leurs expériences et identifient les synergies. Cette Plateforme appuie actuellement le Ministère de l’Environnement depuis la mise en place du plan d’adaptation nationale (PAN) de la COP 17 de Durban

3) Stratégies et mesures d’adaptation aux CC en régions et à l’échelle locale:

a-Capacités d’adaptation :

.Formation des autorités nationales, régionales et locales (Collectivités Territoriales Décentralisées ou CTD): au niveau de la Direction du Changement Climatique, des Régions Nord et Nord-Ouest de l’île Menabe, Melaky, Diana et Sofia sur l’adaptation au CC. Formation des ONG et partenaires œuvrant dans la conservation et développement des Régions du Nord et Nord-Ouest (en total une centaine de personnes)

. Conscientisation des acteurs privés et publics sur la vulnérabilité de ressource (Sol) secteurs clés (Agriculture, Forêts, Pêche) dans les régions (Nord, Nord-Ouest, Sud-Ouest)

. Formation des Responsables de Gestion des Aires Marines Protégées sur les aspects de vulnérabilité des territoires marins et côtiers

b-Quelques mesures d’adaptation réalisées dans les paysages et localités prioritaires :

. Implémentation de l’outil Climate witness pour la collecte d’informations et de perceptions des Communautés locales au niveau de trois paysages prioritaires (Bassin de Mandrare au Sud et Hautes Terres du Nord) avec construction de base de données sectorielles, et identification des stratégies ciblées pertinentes.

. Mesures d’adaptation pilote lancées pour la première fois en 2011 au niveau du village de Beheloke (Région Tuléar) au Sud du pays: mise en place d’une réserve marine (environ 400 ménages bénéficiaires) en partenariat avec des ONG et Associations (WWF, …), et Madagascar National Parks organisme public en charge de la gestion des parcs nationaux, introduction/développement de techniques agricoles moins dépendantes des pluies (irrigation, variétés a cycle court ou résistantes à la sécheresse), appuis à l’intensification agricole pour permettre de produire plus les années pluvieuses et mieux épargner en prévoyance des saisons de sécheresse, diversification de l’élevage caprin et bovin pour une meilleure résilience aux crises climatiques.