English français
 

Entre tradition et modernité, quelle gouvernance pour l’Afrique ? Projet de Colloque international - octobre – novembre 2006

By Martin Vielajus, Michel Sauquet, Assane Mbaye (IRG, Alliance pour refonder la gouvernance en Afrique, August 2006)

Depuis plusieurs années les instances internationales sont amenées à fixer à l’Afrique un impératif de « bonne gouvernance » . Mais les critères d’évaluation dont elles assortissent cet impératif ne tiennent compte ni de la diversité des situations ni de l’adéquation des pratiques de gestion de l’espace public avec le contexte historique et culturel des sociétés africaines. Il est, dès lors essentiel que les Africains interviennent dans le débat mondial sur la gouvernance en y apportant leur point de vue, leurs références, leur souci d’articuler tradition et modernité, leur vision de l’avenir. Le colloque sera l’occasion d’un échange d’analyses et de propositions pour formuler cette vision et contribuer à la définition d’un projet africain de gouvernance.

Alioune DIAGNE

Monsieur Alioune Diagne Mbor est un des hauts dignitaires de la collectivité léboue de Dakar, collectivité fonctionnant sur un modéle traditionnel qui coexiste e parfaite harmonie avec les autorités politiques et administratives modernes de l’Etat du Sénégal.

Dans cette commuanauté, Monsieur Diagne est le Ndèye Dji Reew,chef de l’exécutif. Il a été de toutes les batailles notamment pour contrer les tentatives d’infiltration à des fins politiciennes et celles pour préserver l’identité culturelle léboue tout en optant pour son adaptation aux évolutions contextuelles.

Monsieur Diagne a par ailleurs été le Secrétaire général du Gouvernement de 1971 à 1978, avant de devenir Ministre de la Fonction Publique et de l’emploi; puis Premier Vice Président de l’Asemblée Nationale du Sénégal. Ce poste a été la dernière fonction politique occupée par Monsieur Diagne et son départ a coïncidé avec la manfestation de son opposition à une tentative de l’Etat de s’immicer dans le processus de nommination du « Serigne Ndakaru » qui était chargé du pouvoir judiciaire et que des manipulations successives de l’histoire ont tendu à faire considérer comme le chef supérieur de la collectivité léboue.

Doti Bruno Sanou

Doti Bruno SANOU Chercheur doctorant d’Etat de l’Université Catholique de Louvain à Louvain-la-Neuve en Belgique. Fondateur et coordinateur du Centre Africain de recherche pour une pratique culturelle du Développement. Il est également membre de l’Association des historiens africains et collabore aux côté de plusieurs institutions à la réflexion sur la culture du développement.Il est également membre de plusieurs associations culturelles et a de nombreuses publications scientifiques à son compte. Il a participé à de nombreux colloques et rencontres internationales sur la culture de la paix, l’éducation aux droits humains, la décentralisation et la démocratisation en Afrique

Assane Mbaye

Coordonnateur de l’Alliance pour Refonder la gouvernance en Afrique

Enseignant à la Faculté de droit de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar depuis 1996. Spécialisé en droit de l’environnement et de l’aménagement du territoire, en droit international et en droit privé.

Consultant sur des questions de droit de l’homme et de gouvernance.