English français
 

Bilan de la participation de la société civile à la revue du « cadre stratégique de lutte contre la pauvreté » CSLP 2007

By Cellule de renforcement des capacités des OSC (September 23, 2010)

En vue de la préparation de la revue du CSLP (cadre stratégique de lutte contre la pauvreté), la société civile a examiné la synthèse des observations et commentaires de la rencontre annuelle des AP de 2007. Tout compte fait, il a été suggéré la nécessité d’harmonier les démarches dans l’organisation des rencontres et l’animation des groupes thématiques, de concilier les visions et de construire une plateforme commune des OSC. Pour ce faire, des rencontres avec différents partenaires ont été organisées et des réflexions menées sur la construction du cadre unitaire de la société civile et le renforcement de la communication stratégique. C’est ainsi qu’un exposé de la société civile a été élaboré à partir de la synthèse des différentes contributions en vue de la rencontre du 6 avril 2008, portant revue du CSLP.

Full text

Bilan de la participation de la société civile à la revue du « cadre stratégique de lutte contre la pauvreté » CSLP 2007

 

En vue de la préparation de la revue du CSLP (cadre stratégique de lutte contre la pauvreté), la société civile a examiné la synthèse des observations et commentaires de la rencontre annuelle des AP de 2007. Tout compte fait, il a été suggéré la nécessité d’harmonier les démarches dans l’organisation des rencontres et l’animation des groupes thématiques, de concilier les visions et de construire une plateforme commune des OSC. Pour ce faire, des rencontres avec différents partenaires ont été organisées et des réflexions menées sur la construction du cadre unitaire de la société civile et le renforcement de la communication stratégique. C’est ainsi qu’un exposé de la société civile a été élaboré à partir de la synthèse des différentes contributions en vue de la rencontre du 6 avril 2008, portant revue du CSLP.

En termes de bilan de la revue du CSLP, d’une part la participation de la société civile a été positivement appréciée à travers notamment la qualité de ses contributions, et ce au compte d’une certaine dynamique unitaire soutenue. Ce qui lui a valu un meilleur positionnement aux cotés d’autres acteurs du processus. Des insuffisances ont été relevées d’autre part au niveau non seulement du fonctionnement de certains groupes thématiques, du fonctionnement des CST, de l’accès à leur documentation, et une gestion de l’information relativement non maîtrisée. La rencontre s’est soldée par un engagement renouvelé des partenaires dont le PARECAP, le BUCO, DIAKONIA, les coopérations canadienne et allemande (DED), aux plans de l’appui financier et du renforcement des capacités.

Ce qu’il faut retenir comme enseignements, c’est la reconnaissance par l’Etat et les PTF (partenaires techniques et financiers) du rôle important de la société civile dans la mise en Ĺ“uvre, le suivi des politiques et programmes publics de développement. Il y a lieu d’accorder à cet effet une priorité à la mise en place d’un cadre unitaire de la société civile burkinabé. La pertinence de la démarche des réseaux a été affirmée par les PTF. Des opportunités d’un soutien plus cohérent, efficace et durable à la démarche des OSC sont en perspectives.

Pour ce qui concerne les recommandations, un appui financier a été sollicité auprès des PTF afin de soutenir le processus de construction du cadre unitaire des OSC, la mise en place et l’opérationnalisation d’un programme global d’appui à la société civile. En vue d’améliorer la contribution des OSC au sein des CST, il a été demandé également à l’Etat d’accordé un appui financier conséquent pour l’exécution des activités entrant dans le cadre de la préparation des OSC pour la revue, de démarrer les travaux des CST gouvernementales à temps, de considérer les indicateurs apportés par les OSC comme mesure de performance, d’octroyer des ressources et des appuis pour l’évaluation de l’assistance technique. Enfin, il s’agira de faciliter l’accès aux rapports des services techniques de l’Etat dans les meilleurs délais pour améliorer l’analyse des rapports du gouvernement au CST. En définitive, des interrogations restent tout de même posées en ce qui concerne la nature ou le contenu même de l’engagement des différents acteurs à savoir l’Etat, les PTF, les OSC et la Plateforme Nationale.