English français
 

Mise en réseaux des Organismes Producteurs ( OP ) de la filière maraîchère

Theme-based keywords

Geographical keywords

Professional category keywords

By BAMBA , Souleymane (March 2003)

Les producteurs sont confrontés à la baisse des cours des produits maraîchers en général et de la tomate en particulier. Les prix sont anormalement bas dans les grandes villes comme Abidjan, Bouaké et San Pédro, où sont drainées presque toutes les productions. Cette situation ne permet pas aux maraîchers de rentrer dans leurs coûts de production et s’apparente à de l’exploitation des producteurs.

A la suite d’une série d’ateliers organisés par IF sur la commercialisation, filière tomate, avec les représentants d’OP, les paysans ont pris l’initiative d’exploiter des opportunités locales et d’agir sur les prix au niveau des marchés des grandes villes. Il leur fallait mettre en place des stratégies concertées. Ils décident de se mettre en réseaux avec l’accompagnement de l’ONG Inades-Formation et des agents de l’administration publique (Ministère de l’Agriculture), présents dans leur localité.

L’expérience a démarré en 2000 avec un réseau local créé à Mise en réseaux des OP de la filière maraîchère. Malheureusement, ce réseau n’a pas eu d’influence sur les cours de la tomate et la dynamique de départ s’est émoussée. Un autre réseau à envergure nationale a vu le jour avec des producteurs des régions du sud, de l’ouest, du centre et de l’est, soit 4 régions. Les activités ont commencé avec cinq Op et se s’étendent actuellement à 15 Op. Ces organisations s’échangeaient au départ, des informations sur les prix des produits pour exploiter les opportunités locales à leur avantage. Par la suite, elles ont commencé par faire déplacer les productions des lieux où les cours sont très bas vers d’autres endroits, afin de casser la tendance baissière des prix. Cette stratégie de distribution harmonieuse des produits permet donc aux producteurs de maintenir les prix à un niveau raisonnable. Le processus est en cours. Toute l’initiative est soutenue par IF et les agents du Ministère de l’agriculture de ces localités.

L’accompagnement de l’expérience

Avec l’appui d’IF, ces organisations initient fréquemment des ateliers d’échange sur leurs stratégies et sur les résultats obtenus. Ces bilans sont suivis de critique collective et d’injection de nouvelles idées pour surmonter les difficultés. Chaque groupe se construit alors de nouvelles stratégies qui sont expérimentées avec un dispositif de suivi de la mise en oeuvre. Il faut signaler que le plan marketing de chaque groupe est d’abord présenté puis enrichi par les autres.

Les moyens utilisés sont à la mesure des objectifs visés. Seulement, le réseau a besoin d’un appui logistique pour faciliter la circulation rapide de l’information. Il lui faut un ordinateur pour faire la messagerie électronique et un appareil de télécopie. IF a appuyé le groupe dans le montage d’un projet pour la recherche des ressources financières à cet effet.

Comments

Le caractère innovant de cette expérience procède de ceci que c’est une initiative paysanne, basée sur l’échange d’expérience et sur le transfert rapide d’information et de produits agricoles. Ceci démontre que les paysans sont capables de dégager des stratégies propres et adaptées à leur situation. Ils peuvent dégager des marges intéressantes si la communication est plus instantanée.

A partir de cette expérience, les acteurs paysannes ont amélioré leur technique de construction de stratégie. Ils ont une meilleure connaissance de la filière et des techniques de production. Il est certain que le processus engagé se généralise sur le territoire de la Côte d’Ivoire. Seulement, il est difficile d’agir sur l’entrée des produits et de retenir les produits lorsque les cours sont bas, le produit étant périssable. Néanmoins, ce sont des espaces d’opportunités qu’il faudra exploiter. Envisager la transformation des produits suppose que les mesure pour rendre le produit final compétitif ont été prises.

Notes

Atelier d’Ecriture, entretien mené par Monsieur Midékor Ayao Dodji Agblévi (Inades-Formation Secrétaire général), à l’occasion d’un séminaire organisé avec Rongead, sur le thème : "Mondialisation et stratégies de développement local".