English français
 

L’expérience des femmes au sein du Conseil des Fédérations Paysannes du Cameroun (CFPC)

Le renforcement des capacités dans le domaine de la transformation agricole

By ZEH MBIAM, Pauline, NYABOKO, Salomé

Avec la crise économique qui a secoué le Cameroun dans les années 80 et la chute des prix des produits de base ( Cacao-Café), qui ont été jusque là les principaux produits de base destinés à l’exportation, et de ce fait unique source de revenus des paysans. Les femmes ont été les premières à subir les effets néfastes de cette crise. Le souci de compétitivité, de valorisation des productions familiales, ainsi que l’expectative d’une plus-value sur la vente des produits agricoles sont autant de facteurs qui ont poussé les femmes à imaginer d’autres alternatives pouvant leur permettre de lutter efficacement contre la pauvreté.

Les expériences de la femme au sein du CFPC sont très nombreuses mais nous avons décidé en accord avec notre source de ne parler que de celle (en cours de réalisation ), qui mobilise près de 900 femmes dans le département de la Haute-Sanaga, province du centre au Cameroun.

Les acteurs impliqués sont regroupés au sein d’une confédération de sept unions de paysannes, provenant de la même région, nommée par le CFPC comme étant la région Centre III (ladite région est l’une des six régions à obédience CFPC et compte en son sein 88 groupes d’intérêt commun et 7 fédérations paysannes.

Parmi ses nombreuses réalisations, la dynamique féminine du CFPCa mobilisé depuis 1988, les ressources nécessaires aux actions suivantes :

«  La réalisation des formations d’un côté sur la conservation des céréales et sur les techniques d’animation participative destinées à toutes les participantes et de l’autre côté, les formations pour renforcer les capacités organisationnelles des responsables régionaux d’association paysannes féminines.

«  L’élaboration et la mise en place de 70 poulaillers spécialisés dans la production d’espèce au pedigree sain.

«  La réalisation d’expositions du manioc et ses dérivés.

L’expérience de la transformation du manioc s’est développée au mois de juillet 1998 par un atelier international sur les petites technologies de transformations du manioc. Suite à cet événement, un groupe de femmes a pris l’initiative de valoriser la rentabilité et la pérennisation de cette activité et d’améliorer par conséquent leurs conditions de vie.

L’expérience de transformation du manioc a nécessité une forte mobilisation et une organisation des femmes. Les actions entreprises lors de la mise en oeuvre de ce programme ont tourné autour de :

«  L’organisation du travail autour de la production : visites d’échanges à l’IRAD (Institut de Recherches Agronomiques pour le Développement) à propos des différentes variétés de manioc.

«  La mise en place des parcelles de multiplication des boutures et la technique culturale adaptée

«  L’étude des différentes maladies du manioc

«  L’organisation autour de la transformation du manioc

«  Les différentes étapes et procédures visant l’utilisation des moulins.