English français
 

Le Comité de pilotage : un instrument de développement participatif et de légitimation de l’action publique au service de la Commune

By KONE, Sayon (2003)

Au Mali, la décentralisation constitue désormais le cadre institutionnel d’initiation et de mise en oeuvre du développement.

Dans ce processus en construction, de nombreuses initiatives sont développées en différents endroits et à diverses échelles pour renforcer les assises du dispositif de mise en oeuvre et créer les conditions véritablement favorables à la promotion du développement local.

L’expérience des comités de pilotage fait partie de ces initiatives au niveau de la Commune 1 du District de Bamako. Elle fait suite au constat des difficultés de mobilisation des ressources de la Commune par les élus locaux réunis au sein du Conseil communal.

En effet, après les élections de 1997 consacrées par la mise en place de nouvelles instances communales, la Commune 1 a vécu une longue période de morosité due à l’incapacité de ses autorités de mettre à contribution l’ensemble des acteurs en terme d’implication et de générer les ressources suffisantes à travers un programme de développement qui prend en charge les préoccupations des populations.

Le Comité de pilotage vit alors le jour sur initiative des acteurs de développement des quartiers de la Commune avec l’appui de Carrefour et Développement (une organisation française). Il s’agit d’un cadre de concertation et d’action mis en place au niveau d’un quartier et qui regroupe en son sein toutes les composantes organisationnelles et institutionnelles (ONG, GIE, Organisation de femmes et de jeunes, organisations traditionnelles et religieuses, autres partenaires).

Le mandat du comité de pilotage est de promouvoir la participation de l’ensemble des acteurs au processus de développement du quartier et de la commune. Le Comité de pilotage est un organe de mobilisation sociale qui permet de combler en partie le déficit de représentativité du dispositif organisationnel de la commune.

Depuis leur création, les comités de pilotage se sont structurés et ont organisé des rencontres au sein des quartiers en vue d’identifier les besoins et préoccupations des populations. Ils ont traduit ces problèmes en programmes de travail transmis aux autorités de la commune à travers une cellule de coordination mise en place à cet effet. La cellule de coordination était chargée de procéder de concert avec les différents comités de pilotage à une mise en cohérence des programmes soumis et d’assurer leur prise en charge au niveau du plan de développement communal.

En même temps qu’ils procèdent à la remontée de leurs préoccupations vers le niveau central, les comités de pilotage font un travail de sensibilisation, d’éducation et de formation des populations au sein des quartiers en vue de faciliter la mobilisation sociale dans le cadre des actions à développer.

Les autorités de la commune ont très vite perçu l’importance d’un tel dispositif mais ont manqué de stratégies pour le doter d’un support organisationnel adéquat. En effet, la cellule de coordination mise en place ne dispose ni de ressources humaines suffisantes, ni de moyens matériels appropriés pour assumer pleinement les rôles qui lui sont assignés. Ainsi, la mise en synergie a été peu ou pas assurée et il est apparu un déphasage entre le niveau opérationnel (les comités de pilotage) et le niveau décisionnel du dispositif (le conseil communal). Cependant, ces insuffisances ou difficultés n’entament en rien la pertinence d’une telle initiative dans un contexte ou dans bien de cas, les organes de la commune ont du mal à réaliser leurs tâches de mobilisation. D’autres communes du District de Bamako notamment la commune 3 s’en sont même inspirées.

Comments

Le comité de pilotage permet de doter les institutions communales d’un cadre opérationnel d’intervention au niveau des quartiers. IL constitue en cela une innovation intéressante. Il permet non seulement d’assurer la participation du maximum d’acteurs au développement de la commune mais aussi et surtout de légitimer les actions des autorités communales. Toutefois, l’expérience pour réussir a besoin d’un dispositif d’accompagnement renforcé notamment au niveau de la cellule de coordination. Cette cellule, en plus du travail de mise en cohérence doit disposer de moyens humains, matériels et financiers pour faire le suivi des comités de pilotage sur le terrain. Les mécanismes de concertation et de communication au sein des comités de pilotage doivent être consolidés ainsi que les mécanismes de remontée et de prise en charge des programmes d’activités des comités de pilotage par le Conseil communal. En tant que dispositif de proximité, les comités de pilotage peuvent au delà des rôles actuellement assumés, intervenir de façon significative dans la mobilisation des ressources financières à l’échelle de la commune pour la mise en ouvre des actions de développement durable et participatif.