English français
 

Difficile renouvellement du personnel politique au Mali

By KONE, Sayon

Pour le commun des maliens, politique est synonyme de mensonge, de trahison, de fausseté, d'intrigues, de malhonnêteté, bref de tous les maux et vices qui déterminent un homme sans scrupule. Ceci pouvant expliquer cela, la politique jusqu'à une date récente ne motive pas assez le malien.

L'histoire politique du pays n'a pas permis de donner un sens pertinent et motivant qui puisse susciter l'intérêt des populations vers la politique. En effet, au lendemain des indépendances, une élite politique constituée auteur des hommes et des femmes qui ont amené le pays à l'indépendance s'est formée. En quelques années de gestion politique du pays, les relations entre ces hommes se sont détériorées jusqu'à les conduire souvent à des scènes les plus tragiques. Au fil des années, la perte de crédibilité de ces hommes a amené progressivement à l'affaiblissement du régime en place et à la perte du pouvoir suite à un coup d'état militaire.

Un régime d'exception fut érigé en lieu et place avec des hommes peu préparés à assumer des fonctions politiques au sommet de l'état. En 22 ans d'exercice du pouvoir marqué par le manque de vision politique, des mouvements de contestation populaire contre les défaillances avérées dans la gestion des affaires publiques conduisent ce régime aussi à son terme. Pendant ces 22 ans de parti unique, il y avait peu de place pour une politique d'ouverture, de participation véritable ou de formation citoyenne. Les jeunes cadres maliens qui avaient l'ambition de se faire une carrière politique ont surtout évolué sur le terrain de la clandestinité.

Avec l'avènement du multipartisme en 1991, il y eût un engouement certain pour la création de parti politique, mais quel parti politique ? .

La politique est alors demeurée une grande nébuleuse. La seule raison qui pourrait motiver à s'y intéresser est qu'elle offre le chemin le plus court pour accéder aux ressources.

Les années de démocratie n'ont malheureusement pas encore permis de changer cette tendance. Mais si on assiste à un certain regain d'intérêt pour la politique, il n'en demeure pas moins que les attitudes des leaders politiques ne favorisent pas l'émergence à leur côté d'hommes politiques formés en leur sein et préparés à assurer la relève. Les partis s'identifient à leur seul président qui sont prêts à les troquer au premier venu contre portefeuille ministériel ou autres postes nominatifs au sommet de l'Etat. Ne leur demandez surtout pas de vous présenter leur projet de société pour conquérir le pouvoir en mobilisant l'électorat car votre déception serait grande.

 

En conséquence, la dynamique politique au sein des partis tourbillonne à l'image de l'Union Démocratique Soudanaise Section Rassemblement Démocratique Africain ( UDS/RDA ) où depuis plus de quarante ans ce sont les mêmes hommes qui sont là pour tenir invariablement les mêmes discours. L'émergence au sein de ce parti de quelques jeunes cadres politiques qui ambitionnent d'accéder aux instances dirigeantes a fait couver au sein de ce parti un conflit de génération qui n'a pas fini de diviser le parti qui a déjà souffert du départ de plusieurs de ces cadres vers d'autres partis.

Quant à lui, le peuple observe les acteurs politiques dont les agissements ont fini par l'agacer et à lui donner le dégoût de voter. Les partis ne mobilisent plus parcequ'ils ne rassurent pas sur leurs capacités d'apporter le changement véritable car les hommes qui les animent sont connus de tous et ont montré leurs limites.

Comments

Depuis des années, la situation politique du Mali montre un visage d'une certaine opacité. En effet, étant donné qu'il n'existe une école spécialisée dans la formation des cadres politiques du pays, les partis politiques doivent assurer cette fonction de formation en leur sein pour faciliter le renouvellement du personnel politique et garantir le portage des idéaux des partis. Cela donnerait une âme aux partis et permettrait de doter le pays de cadres politiques avertis, qui ont une vision et qui sont préparés à jouer efficacement sur le terrain politique dans un cadre démocratique. Nous sommes encore loin de là.