English français
 

Les échecs des projets communautaires liés à la méconnaissance des réalités sociologiques du milieu

Le cas de l’installation d’un moulin à mil devant être géré exclusivement par des femmes rurales

By FAYE, Marie (Nioro du Rip, September 2008)

Un projet dénommé PDRH 1(Projet de Développement des Ressources Humaines) s’est proposé d’implanter un moulin à mil dans un village de la communauté Rurale de Porokhane, dans le département de Nioro. Les enquêtes du service d’encadrement ont été menées et des réponses ont été apportées au questionnaire rempli. Lors des trois descentes effectuées au niveau du village, toute la population était conviée aux réunions pour informations. Il s’agissait d’un projet dont les femmes étaient les bénéficiaires. C’est ainsi que les femmes du GPF (Groupement de Promotion Féminine) ont construit la case devant abriter le moulin avec leurs propres moyens provenant de cotisations volontaires.

Et un comité de gestion constitué à cet effet a suivi une formation appropriée ; la définition et le rôle de chaque membre du comité étant bien compris par les parties prenantes.

Le moulin a commencé à fonctionner au mois de février 1998 ; les versements des recettes se faisaient au niveau du crédit mutuel. Six (6) mois après, contre toute attente, le chef de village, l’imam et le président du conseil rural se sont réveillés un beau jour et ont convoqué une réunion à la place publique du village pour faire comprendre au GPF qu’ils n’étaient plus disposés à s’acquitter des sommes exigibles pour la moulure du mil. Prétexte : ils n’ont pas de mainmise sur les fonds qui sont restés sous la responsabilité du comité de gestion, au demeurant composé uniquement de femmes. Leur emboîtant le pas, les représentants des autorités ont demandé, eux aussi, à être exemptés de ces mêmes obligations pécuniaires. Le GPF, après avoir évalué la quantité à moudre, se retrouverait avec 60 à 65 Kg de manque à gagner pour les trois familles. Aussi, a- t-il jugé inopportune, injuste et irrecevable une telle requête car, toutes les femmes du GPF ont toujours payé, notamment la Présidente, la Trésorière, la Secrétaire. Face au refus du GPF, les femmes issues des différents foyers du chef de village, de l’imam et du président du conseil rural ont fini par démissionner tout simplement du GPF pour exprimer ainsi leur courroux au GPF dont le seul tort consiste à opposer une fin de non recevoir à une exigence qui foule aux pieds les règles élémentaires d’équité et de justice sociale.

Deux mois après, ce fut la consternation totale : le réservoir du moulin retrouvé totalement rempli de sable ! La gendarmerie, saisie de l’affaire, procéda à des arrestations suivies de relaxes ; des soupçons pesant fortement sur le fils du chef du village, qui disait à qui voulait l’entendre que, puisque leurs mamans avaient démissionné du GPF, les autres membres, de même que toutes les femmes du village devraient retourner au mortier et pilon. Et l’affaire est restée classée sans suite.

Comments

Le dénouement de cette anecdote montre que les enquêtes sociologiques du milieu n’ont pas été menées de façon satisfaisante. Des investigations , il ressort que, dans un passé récent, le village avait bénéficié d’un moulin financé par la communauté rurale et la gestion a toujours été laissée entre les mains de ces trois hommes précités. Mais les bailleurs du projet tenaient coûte que coûte à s’en référer exclusivement à la gente féminine.

Peut - être, si le travail de sensibilisation avait été mené de façon inclusive, en y associant ces mêmes personnes, d’une manière ou d’une autre, l’échec patent aurait pu être évité.

Dans une communauté rurale où la prééminence de l’homme est restée séculaire, ce n’est pas par un coup de baguette magique, fut- il un projet, même dans un contexte de pauvreté, qu’on arrive à bouleverser les préjugés et les coutumes traditionnelles.

La passivité des femmes du GPF face à cet acte de sabotage et l’impunité des auteurs de tels actes répréhensibles en sont autant de preuve.

Notes

PDRH : Projet de Développement des Ressources Humaines

GPF : Groupement de Promotion féminine, organisation autonome de femmes tournées vers le développement local.