English français
 

L’implication des griots dans le règlement des conflits constitue un facteur important de renforcement des capacités de la justice traditionnelle dans le cercle de Kangaba (Mali)

By Ambroise DAKOUO (Bamako, Mali, January 2009)

Le cercle de Kangaba est situé dans la région de Koulikoro au Mali. Cette localité est habitée par plusieurs groupes ethniques dont les soninkés, les bambaras, les peuhls, etc. Le cercle de Kangaba comprend environ 76 404 habitants selon le dernier recensement au Mali en 1998.

En 2002, un conflit de grande ampleur relatif au foncier a opposé deux villages du cercle de Kangaba à savoir Kèla et Samalé. Pourtant ces deux villages vivaient en bon voisinage depuis des temps immémoriaux. Le conflit a d’abord opposé deux habitants de chaque village et par la suite il s’est transformé en un conflit entre les deux villages. La cause du conflit portait sur la propriété de la bordure des champs qui délimitent les deux villages et que subitement réclamait chacun des deux habitants. L’évolution négative du conflit a entraîné des dégâts considérables de part et d’autre occasionnant mort d’hommes. Les agents de la brigade territoriale de Kangaba intervenant dans le conflit ont arrêté les fauteurs de troubles. Ils ont été condamné par la cour d’assise de Bamako en 2004. Sans une prise en compte de la dimension socio- culturelle, cette décision ne mettrait pas fin pour autant au conflit.

C’est ainsi que les griots des deux villages se sont amplement mobilisés et ont entrepris une médiation auprès des chefs de villages. Les griots ont rappelé les liens fraternels existants entre les deux villages qui ne devrait pas être mis en cause. En effet, les deux villages se mariaient entre eux et collaboraient ensemble dans certaines actions de développement locale. Partant donc des coutumes et des réalités locales les griots des deux villages ont pu rétablir la limite exacte des champs frontaliers source du conflit. L’administration judiciaire locale a approuvé l’accord des deux parties sur les limites exactes des champs.

Suite à l’accord reconnu par l’administration judiciaire les chefs de villages respectifs et les griots se sont fortement impliqués auprès des populations pour le retour de la paix. Ces actions ont emmener les jeunes des deux villages à livrer un match de football dont le coup d’envoi a été donné par les deux chefs de villages. Le juge de la localité a entrepris quant à lui des actions et a permis de gracier les condamnés. De nos jours ont peut dire que la paix est revenue entre les deux villages.

Comments

En milieu local les griots constituent des alternatifs crédibles et efficaces dans la gestion des conflits auprès des chefs de villages. Dès que le recours aux mécanismes traditionnels de gestion des conflits demeure la règle, on parvient toujours à des solutions qui restaurent la paix et l’entente entre les protagonistes. Partant on garanti la cohésion sociale. Il importe aux autorités politiques de considérer ce rôle hautement significatif de ces autorités traditionnelles.

Notes

Cette fiche est issue de l’entretien avec réalisé avec Monsieur Nouhoum KANTE