English français
 

L’activité d’enlèvement des ordures ménagères en dehors d’une implication effective des populations peut-elle s’autofinancer ?

By Atanase EDOH (Lomé, August 2007)

Aujourd’hui plus jamais nous assistons à la triste et inexorable croissance de l’insalubrité à Lomé.Et pourtant se ne sont pas les idées qui manquent .Un projet d’enlèvement des ordures ménagères entièrement financé par la Banque mondiale a été exécuté de 1997 à 2000 à Doumasséssé, un quartier situé au centre de la ville de Lomé capitale du Togo mais comme les autres touché par l’insalubrité.

L’opération consiste en la concession par la municipalité de Lomé de la collecte des ordures ménagères dans ce quartier à une entreprise privée de ramassage des ordures dénommée OTOMAN. Cette concession a pour objet d’assurer dans le quartier de Doumasséssé, un service complet de collecte et d’évacuation des ordures ménagères avec les camions de cette entreprise. En retour, le concessionnaire se fera payer directement par une redevance perçue auprès des ménages dudit quartier. Ce qui implique pour le concessionnaire :

• d’assurer un recouvrement performant de la redevance;

• d’assurer la gestion et l’entretien des dépotoirs intermédiaires construits dans le cadre de l’opération et mis à sa disposition ;

• d’enlever les ordures auprès des ménages et des depotoirs intermediaires et de les acheminer directement vers la décharge finale.

Afin d’assurer le succès de l’expérience par un taux d’abonnement conséquent et une implication des populations, une campagne d’information, de sensibilisation et d’animation a été menée à partir de septembre 1997 dans tout le quartier par OTOMAN en collaboration avec l’Association Française des Volontaires du Progrès (AFVP) pendant environ un an.

Trois options d’abonnement sont proposées aux clients potentiels:

• Un Service Personnalisé Ordinaire (SPO) qui consiste en une pré-collecte porte à porte deux fois par semaine. Le tarif mensuel de base est de 1.000F par ménage, 2.000F par famille et 3.000F par concession.

• Un Service Personnalisé Spécialisé (SPS) qui donne droit à la pré-collecte porte à porte plus de deux fois par semaine. Le tarif est personnalisé et plus élevé que le service ordinaire (SPO).

• Un Auto Service de Pré-collecte (ASP) qui est le transport par les abonnés eux meme des poubeles jusqu’ aux dépotoirs intermédiaires. Ici, l’abonné bénéficie d’un abattement de 20% sur le tarif du service ordinaire (SPO).

A la fin de l’expérience, seulement 910 abonnés ont été enregistrés soit 33% des ménages du quartier et le taux de recouvrement global sur la période de mise en Ĺ“uvre de l’opération est de 40,18%.Cette baisse etait due au fait que les populations trouvaient le prix trop élevé. Les redevances recouvrées auprès des abonnés s’élèvent à 5.011.801Fcfa alors que les frais engagés pour l’évacuation des dépotoirs se chiffrent à 6.778.725Fcfa. Le solde restant a constitué une perte pour OTOMAN.

Comments

La société n’a pas réussi à obtenir un seuil critique pour assurer la rentabilité de son activité. La démarche de la campagne préalable n’a pas été suffisamment inclusive notamment sur le type de service à assurer, la grille des services et les redevances correspondantes. L’unilatéralisme de l’entreprise excluant toute coopération dans la définition des services et des tarifs a constitué le point critique de cette initiative. La campagne de sensibilisation avait seulement pour objectif de convaincre les populations à accepter ce qui a été retenu au niveau de l’entreprise.