English français
 

L’adaptation de l’équipement à l’espace urbain, une nécessité en matière d’enlèvement des ordures ménagères

By Edoh Gally Ata (Lomé, June 2009)

En 1999 une opération pilote d’enlèvement des ordures ménagères a été initiée par la municipalité de la ville de Lomé capitale du Togo dans les trois quartiers suivants : Akodesséwa, Ablogamé et Wuiti tous situés au coté est de la ville .

D’après ce que stipulait ce projet, avant l

sa mise en Ĺ“uvre, des dépotoirs intermédiaires devaient être construits dans ces quartiers. Mais faute d’endroits favorables, ces dépotoirs n’ont pas pu être construits. Comme solution alternative, les responsables de la Direction des Services Techniques, structure en charge des questions des ordures ménagères et dependant de la mairie de lomé, décident d’utiliser un camion benne compactrice mis à sa disposition par le Grand Lyon (France) dans le cadre de la coopération décentralisée.

La chaîne de collecte est la suivante : Collecter à domicile et acheminer par camion jusqu’à la décharge finale située dans le quartier Agoè, les ordures ménagères. C’est une chaîne complète de collecte qui ne comporte pas de dépotoirs intermédiaires. Afin d’assurer la protection des ordures au cours de l’acheminement, le compactage est de rigueur. C’est un système payant de collecte des ordures ménagères et le rythme de collecte prévu est de trois (03) fois par semaine.

Le vrai problème de ce système réside dans les pannes répétées, surtout au cours de la deuxième année, du seul camion usagé affecté au projet. La plupart des voies dans ces quartiers sont sablonneuses, d’où le risque d’enlisement. En cherchant à éviter les routes trop sablonneuses, le camion laisse des concessions abonnées hors de son itinéraire.

Cette situation marquée par des pannes répétées du camion et des abonnés non desservis a provoqué l’irrégularité du service et par conséquent favorisé l’émergence d’initiatives parallèles dans la zone de couverture du projet.

Des associations de jeunes ont commencé à assurer l’enlèvement des ordures auprès des ménages par des charettes tirées à bras d’homme.Mais la decharge finale étant tres loin ,les charettiers se sont créés des depotoirs intermediaires non autorisés. Ceci a favorisé l’apparition de dépotoirs dans la zone du projet, contredisant la pratique du système qui consiste à collecter les ordures et à les acheminées directement vers la décharge finale.

Comments

Le manque de sites ou d’espace pour la création de dépotoirs intermédiaires est révélateur d’une difficulté liée à la prévision dans l’aménagement de l’espace urbain par la municipalité. Des réserves n’ont-elles pas été prévues ou bien ont-elles été occupées illégalement par les populations ? Le camion utilisé pour l’opération a du mal à s’adapter aux rues sablonneuses de la zone du projet. L’équipement n’est donc pas suffisamment approprié.