English français
 

Les agents de pré-collecte des ordures ménagères de Lomé face à la dénomination de leur profession.

Project

Theme-based keywords

Geographical keywords

Par quel vocable doit-on désigner un agent de précollecte d’ordures ménagères ?

By Edoh Gally Ata (Lomé, June 2009)

Le métier d’enlèvement d’ordures ménagères existe partout dans le monde et la propreté voire la beauté d’une ville est fonction de l’efficacité de son service de ramassage d’ordures. Dans certains pays, le métier de ramassage d’ordures est professionnalisé.

En revanche, dans un pays en développement comme le Togo, faute de professionnalisation, l’enlèvement des ordures ménagères est perçu comme un travail honteux. Des jeunes que nous avons rencontrés dans le cadre de la collecte de paroles sur le travail d’enlèvement des ordures ménagères nous ont déclaré : « Je préfère rester sans emploi ou mourir de faim qu’être ramasseur d’ordures. »

A regarder de très près, le nom donné aux travailleurs dans ce domaine en est pour quelque chose. En effet, dans la langue Mina, langue la plus parlée par l’ensemble des habitants de Lomé, l’agent de pré-collecte d’ordures ménagères s’appelle : « Gbé loto », c’est-à-dire ramasseur ou collecteur d’ordures. Le fait d’interpeller quelqu’un dans la rue par ce nom péjoratif rend le concerné mal à l’aise. C’est pourquoi à l’association des Volontaire pour le Développement et l’Assainissement de l’Environnement (VDAE), structure de collecte d’ordures ménagères, on les appelle agents de propreté. Mais cette appellation a du mal est être récupérée par les populations qui continuent d’utiliser le terme péjoratif de « Gbé loto ». Ceci ne favorise pas l’intérêt porté par les jeunes à ce travail ; ce qui rend la main d’Ĺ“uvre rare.

Comments

Le ramassage d’ordures ménagères est un travail difficile mais pas du tout honteux. Mais tant qu’une sensibilisation touts azimuts (sensibilisation de masse, sensibilisation par presse écrite, par radios et par télévision) n’aura pas été initiée, les populations continueront à voir dans ce travail, une occupation honteuse. Aussi, la professionnalisation du secteur se trouve interpellée. L’enjeu est d’arriver à voir en ce travail vital aux plans sanitaire, environnemental et économique, un travail comme tout autre.