English français
 

Réseau des Coopératives des tradi-thérapeutes et Herboristes Sans Frontière (T.S.F.)

By DIAKITE, Toumani

L’intégration socio-sanitaire et économique de l’Afrique de l’Ouest constitue la préoccupation essentielle actuelle des Chefs d’Etat et de gouvernement de la Sous-Région. Cette intégration, si elle se réalise, contribuera un vaste marché économique susceptible de sortir nos Etats du sous-développement.

Ce processus d’intégration économique, socio-sanitaire ne doit pas être l’affaire des seuls Chefs d’Etat et de Gouvernement, elle est l’affaire de tous.

C’est ainsi que les Tradi-praticiens de la Sous-Région Ouest Africaine initient des visites d’échange et d’exposition des produits issus de la pharmacopée traditionnelle africaine.

La 1ère exposition et d’échange entre les Tradi-praticiens a eu lieu au Mali en 1998 dont 5 pays étaient présents à cette exposition.

La 2ème exposition a eu lieu en mai 1999 en Côte d’Ivoire.

La 3ème exposition a eu lieu en mai 2000 au Burkina Faso dénommé Salon International des Remèdes Naturels (S.I.RE.NA.)

Ces expositions ont permis la valorisation des produits de la pharmacopée africaine dans nos différents Etats pour lesquels cette profession a été légiférée dans certains pays dont le Mali, le Ghana et le Burkina.

Vu ces résultats des différentes expositions, un réseau des Coopératives des Tradi-thérapeutes Sans Frontière (TSF) est né en 1999 dont le siège se trouve au Burkina Faso.

Ainsi, est née l’idée d’organiser une caravane des thérapeutes traditionnels en Afrique de l’Ouest auquel les décideurs ont beaucoup facilité les démarches en vue d’une intégration sous régionale des thérapeutes traditionnels.

Cette caravane aura lieu du 5 juin au 20 juin 2001. Sur le plan international, une intégration des thérapeutes traditionnels d’une part et l’intégration des 2 systèmes de Médecine d’autre part a eu lieu à Harare en Zimbabwe en février 2000.

Aujourd’hui, le constat est que 80% de nos populations ont recours aux Tradi-thérapeutes pour plusieurs raisons :

  • Le coût des produits de la pharmacopée est à la portée de tous ;

  • accessibilité des produits ;

  • les tolérances des produits sont connues et il y a plus de 3000 ans avant l’ère chrétienne ;

Par ailleurs, nous constatons la disparition de certaines essences de plantes médicales.

C’est pourquoi l’association des Thérapeutes du District de Bamako se propose la culture des plantes.

Notes

L’auteur est membre de l’Association Keneya-yiriwo-ton /TSF / maliBPE : 3081 email : diakite toumani @ yahoo.fr