English français
 

Les femmes de de Sabalibougou assument leur nouvelle citoyenneté urbaine

. L’Oeuvre Malienne d’Aide à la Femme et à l’Enfant au Sahel (OMAFES), un espoir pour les femmes des quartiers de Sabalibougou et de Gnamakoro dans les Communes V et VI du District de Bamako

By TOGOLA, Baba

L’avènement de la démocratie au Mali en 1991 a favorisé des investissements par certains organes internationaux auprès des populations. Ces investissements vont dans le sens de la politique du Gouvernement à pouvoir réduire le nombre de pauvres. C’est pourquoi l’Oeuvre Malienne d’Aide à la Femme et à l’Enfant au Sahel (OMAFES) créée en 1991 intervient désormais dans certains quartiers périphériques tels Sabalibougou, Gnamakoro et dans certaines Communes rurales. Les objectifs sont nombreux parmi lesquels :

  • oeuvrer pour la reconnaissance totale et l’exercice effectif de tous les droits reconnus aux femmes par l’ONU ;

  • renforcer la société civile en général et les mouvements associatifs féminins en particulier. Dans cette perspective, les femmes de Sabalibougou formèrent de petites associations au sein desquelles toutes les femmes d’origines différentes peuvent adhérer pour assurer le développement du quartier. Chaque association a son objectif. Ces différentes associations sont fusionnées en 1997. Elles créèrent ainsi une véritable synergie de développement. Elles ont passé par les cotisations (1.000 F pour chaque femme). Le fonds ainsi reçu, appuyé par la caisse de crédit de l’OMAFES leur permet d’avoir une somme de

2.000.000 F CFA

Les femmes ont eu l’initiative de faire du savon traditionnel appelé en Bambara " Gabakourouni ". la production était deux fois par semaine. On le vendait au siège de la confection à la somme de 100 F. et toutes les femmes adhérentes à l’association pouvaient le recevoir à la somme de 100 F et à leur tour pouvaient le revendre à 115 F ou 120 F. les intérêts ont servi à satisfaire certains problèmes financiers des femmes tels une petite somme est investie pour les deux CSCOM de Sabalibougou.

L’OMAFES se fixe aussi comme objectif le développement sur le plan social et culturel des enfants et des femmes par l’initiation d’actions spécifiques en rapport avec les droits qui leur sont reconnus par l’ONU (alphabétisation). Depuis sa création, elle a produit dans le quartier de Sabalibougou plus de 50 femmes néo-alphabétisées confirmées. Et à Gnamakoro, plus de 40 femmes. L’effectif s’accroît progressivement.

Les différentes femmes alphabétisées à leur tour dispensent des cours d’alphabétisation en langue nationale Bambana aux femmes analphabètes. Mais, certes les résultats de cette formation sont mitigés car 90% des femmes ne la terminent pas. Elles sont occupées par des travaux ménagers.

L’OMAFES aide à la création et à la gestion des points d’eau potable. A cet effet, il a été construit un château d’eau dans ces différents quartiers. Cela a réduit les déplacements pour les quartiers voisins dans lesquels on trouve l’eau non-boueusee. Ces châteaux d’eau sont alimentés par des panneaux solaires qui produisent de l’électricité pendant la période froide. Un bureau composé des femmes a été mis en place pour gérer cette fontaine. A Sabalibougou et Gnamakoro, il est ouvert des caisses d’épargne et de crédit. Plus de 300 épargnants dans chacun de ces quartiers. L’adhésion à la caisse est libre et volontaire pour toutes les femmes du quartier. On peut avoir des crédits dans les différentes caisses. Le prêt est subordonné à des conditions : être femme du quartier ou être membre de l’association. les crédits sont remboursés au plus pendant 12 mois et avec un intérêt de 2%.