English français
 

Le capitalisme détruit l'environnement

Theme-based keywords

Geographical keywords

Comment les populations de Fotouni à l'ouest du Cameroun s'organisent pour défendre leurs droits.

By FUMTIM, Joseph

Fotouni est une localité du département du Haut-Nkam à l'ouest du Cameroun. Zone éminemment montagneuse dont le trait caractéristique fondamental se résume dans son relief particulièrement accidenté. Situation naturellement peu propice à l'installation des voies de communication par route. Trop de difficultés, dues aux pentes abruptes et au sol très exposé aux éboulements et autres accidents du relief. Pourtant, Fotouni, enclavé, dispose d'une carrière de pierres, de loin l'une des plus estimées de la région.

Or à l'occasion du bitumage de la route Kékem-Bandjoun, la société en charge de ces travaux a convenu avec les autorités locales et les populations, de stocker 500 camions de graviers pour l'entretien de la route reliant Fotouni à Bandja et Bamendjou. Tronçon très important pour la circulation des personnes et des biens permettant par là à Fotouni de se connecter au reste du monde.

Sachant que le contrat d'exploitation de leur carrière tirait vers son terme, constatant par ailleurs que ladite entreprise n'honorait pas toujours ses engagements, les populations de cette localité ont organisé une série de " sit-in " pour défendre leur cause. Se justifiant, cette société a argué que le kilométrage de la route bitumée revient à 75 millions de Francs C.F.A, alors que la population de Fotouni est incapable de lui fournir la moitié des financements pour réaliser les 17 kilomètres que compte ce tronçon.

A cet argumentaire, les populations ont opposé le fait que, contrairement aux clauses du contrat d'exploitation de la carrière, l'entreprise en question a vendu des pierres de Fotouni dans des marchés gagnés à Douala. Plus grave, elle a vendu le gravier de cette carriere à des particuliers.

Comments

Au moment où nous rédigeons cette fiche, les tractations continuent pour débloquer la situation. Cette situation, semblable à celle que vivent actuellement les populations de Ogonis au Nigeria, pose un problème de gouvernance ou de justice environnementale. L'acte de " rébellion " des populations de Fotouni indique la volonté pour ces personnes de ne pas accepter que les choses leur tombe dessus. Cela témoigne à la fois leur aptitude et leur volonté dans la maîtrise des enjeux de leur développement et dans la participation à la définition de leur destin. Plusieurs expériences similaires pullulent dans cette région du Cameroun et démontrent que les habitants sont un variable nécessaire dont il faut prendre en compte dans projet de développement.