English français
 

Quand des élections divisent des villages voisins

Theme-based keywords

Geographical keywords

Professional category keywords

By KEITA, Seydou

Les politiques ont été l'objet de plusieurs litiges entre les familiers, des villageois et même entre certains villages soudés historiquement et géographiquement.

 

La politique piétina les très bonnes relations séculaires qui liaient Sélofara et Mansala deux villages voisins dans la Commes de Balan Bakama.

 

Depuis un certain temps, les vents ne soufflait plus dans le même sens pour les deux villages (Sélofara, Mansala). La brouille a surgi après les élections législatives. Au cours de celle-ci, les habitants de Sélofara ont porté leur choix sur un candidat indépendant au détriment du candidat soutenu par Mansala, un avocat de son état résidant à Bamako.

 

Ce dernier n'ayant pas obtenu beaucoup de voix au premier tour à Sélofara, les relations entre les deux villages ont commencé du coups à se détériorer. Les populations de Mansala ont tenu à chaud une réunion après les premiers résultats provisoires des élections. Après avoir arrêtée une décision, les habitants de Mansala ont envoyé des émissaires à Sélofara pour interdire aux habitants de cette localité de se rendre désormais dans leur foire hebdomadaire du lundi. De surcroît, ils devaient cesser de participer aux travaux d'exploitation de leur mine d'or. Sélofara ayant été informé de la nouvelle a réuni une grande assemblée pour décider de se doter d'une foire et d'une mine d'or.

 

Le marché de Sélofara marcha plus fort que celui de Mansala qui commence à décliner. Pour arrêter cette hémorragie les élus municipaux de la commune siégeant à Mansala ont essayé de calmer le jeu. Mais ce fut peine perdue pour le moment, car les habitants de Sélofara se disent déterminer à ne plus fréquenter ni la foire ni d'envoyer leurs ressortissants dans la mine d'or de Mansala.

 

Sélofara a d'ailleurs mis en garde ceux de ses ressortissants à qui il viendrait à l'idée de violer la décision de l'assemblée générale. Tout contrevenant sera passible d'une amende de 10 000 FCFA et de 100 coups de fouet.

Comments

La politique va de père avec des mécontentements d'une part et d'autre part avec le développement. Les populations et les hommes politiques doivent savoir gérer les deux cas. Les populations d'une même commune doivent avoir une vision d'ensemble ; avoir des intérêts communs. Le développement local est lié à ce seul prix.