English français
 

Contribution de personnes ressources du Bénin au Colloque de Bamako « L’Afrique entre tradition et modernité »

Geographical keywords

By (Bénin, November 2006)

1) Quelles appréciations faites-vous sur la gouvernance actuelle au Bénin ?

La gouvernance actuelle, généreuse quant au fond, c’est-à-dire en ce qui concerne les objectifs recherchés, manque de pertinence quant à la forme. L’exécution donne l’impression de ne pas mûrir ses décisions avant de les prendre. Ex : gratuité de l’école primaire publique à la maternelle et au cours primaire.

2) Quelles sont les crises qu’a connues la gouvernance au Bénin de la période pré coloniale à nos jours ?

Les crises sont continues : improvisation, absence de stratégies de développement, corruption, incompétence des acteurs etc.

3) Connaissez-vous des anciens royaumes du Bénin dont les modes de gestion des affaires publiques peuvent nous inspirer à refonder la gouvernance au Bénin ?

Si Oui les royaumes du sud Bénin : Abomey, Kétou

  • Quelles ont les institutions mises en place par ces anciens royaumes ?

Les conseils royaux établissent les stratégies de développement que mettent en œuvre les différents princes ministres

  • Quelles sont les modes de régulation des conflits de ces anciens royaumes ?

C’est la justice collective, sous le parrainage du chef de clan, de collectivité ou du royaume. Il ne s’agit pas d’une justice privée, puisqu’elle relève des ordonnances ou décisions royales et admise par la communauté. L’une des illustrations est l’arbre à palabre.

Comment se sont posés les problèmes de légitimité de l’autorité et d’alternance de pouvoir ?

Rares, ces problèmes se posent à l’occasion d’une disparition brutale d’un successible ou de son incapacité physique ou mentale à succéder. S’ouvre alors la foire aux prétentions qui se règlent par la consultation des anciens

4) À l’heure où les gouvernants semblent vouloir satisfaire uniquement les exigences des institutions internationales, comment faire pour retrouver des mécanismes de « redevabilité» du pouvoir vis-à-vis du peuple ?

Il faut d’abord faire accéder à la connaissance les modes traditionnels de gestion. Ils ne sont pas connus et ils se meurent.

Il faudra ensuite procéder à un inventaire pertinent et objectif. Tout ne peut être mis en œuvre dans les conditions actuelles.