English français
 

Le groupe de réflexion de la commune rurale de Bancoumana

Les ressortissants de la commune s’impliquent dans la résolution des conflits

By DIAKITE, Kalifa (April 2000)

La politique de décentralisation, initiée depuis 1991 au Mali vise à donner plus de moyens et d’autonomie aux collectivités territoriales afin d’asseoir durablement les bases du développement local.

L’option d’une décentralisation globale sur l’ensemble du territoire du Mali s’est traduite en 1996 par la création de 682 nouvelles communes. Ceci s’est traduit par des tensions sociales au niveau de certaines localités dues à un déficit d’informations. En effet certains villages n’ont pas accepté leurs rattachement à d’autres communes et ont voulu s’ériger en micro-communes.

Pour faire accepter le découpage par l’ensemble de la population de la commune rurale de Bancoumana, certains cadres ressortissants de la commune résidant à Bamako, conscients de leur rôle dans le combat pour l’épanouissement de leurs terroirs d’origine et des enjeux socio économiques et culturels de la décentralisation ont constitué un groupe d’étude et de réflexion

La commune rurale de Bancoumana est issue de la réorganisation territoriale consécutive à la politique de décentralisation. Avant le découpage l’espace qu’elle occupe était réparti entre trois secteurs de développement. Chacun de ces secteurs avait l’ambition de s’ériger en micro-commune. Cependant la réorganisation territoriale a retenu un ensemble géographique cohérent et économiquement viable par sa taille, sa population et ses potentialités. Ainsi tous les secteurs ont été intégrés à la commune rurale de Bancoumana. Certains villages de la commune n’avaient pas accepté ce découpage, d’où la constitution du groupe de réflexion des ressortissants de la commune rurale de Bancoumana

Ce groupe pluridisciplinaire formé sur la base du volontariat et du bénévolat est constitué de ressortissants de tous les villages sans exclusive.

Le groupe est composé de ressortissants (hommes et femmes) des villages qui composent la commune, résidant à Bamako, capitale du Mali. Il se définit comme un cadre d’échange, de concertation, de proposition et d’action en vue de promouvoir des actions s’inscrivant dans un objectif de consolidation du processus de décentralisation au niveau de la commune.

Dans un objectif d’organisation efficace des activités, sont représentés au sein du groupe de travail la plupart des villages de la commune et des associations de ressortissants. Le groupe a constitué en son sein une équipe légère de coordination de deux personnes chargées d’animer et de capitaliser les résultats des travaux :

Le groupe de réflexion a utilisé depuis sa constitution une approche participative consistant à mettre à contribution les différentes compétences techniques et professionnelles existantes aux niveau des ressortissants pour le diagnostic de la commune en vue d’élaborer un plan de développement.

Après analyse des résultats auxquels ils sont parvenus et rassurés sur l’importance d’une telle organisation pour le développement de la commune les membres du groupe ont jugé nécessaire d’entreprendre des actions suivantes :

  • informer le plus largement possible les ressortissants de la commune sur l’existence du groupe de réflexion à travers les différentes associations ;

  • définir et mettre en ouvre un mécanisme de communication permanente avec les autorités communales ;

  • proposer l’ouverture d’une souscription auprès de tous les ressortissants en vue de soutenir le démarrage des activités de la commune.

Le groupe de réflexion prévoit de travailler sur le recensement des ressortissants, le contact avec les ressortissants dans les autres régions du Mali et à l’extérieur

  • mener une étude diagnostique en vue de l’élaboration d’un plan ;

  • constituer une banque de données sur la commune (recensement, cartographie etc.) ;

  • centraliser les propositions les analyser, définir les stratégies et interventions à travers les projets et programmes soumis aux autorités communales ;

  • créer un réseau de relations pour la commune ;

  • appuyer dans l’élaboration du budget ;

  • appuyer dans la formation.

Le groupe a tenté de faire une meilleure connaissance de la commune à travers son histoire, sa géographie, sa culture, Aussi il s’est attelé à réaliser un état des lieux de la commune par une étude diagnostique des différents secteurs de développement.

Ce travail de diagnostic a permis d’aborder un certain nombre de thèmes notamment : la présentation de la commune, la santé, l’éducation, la culture, les mouvements associatifs et les organisations traditionnelles, l’environnement, la sécurité.

Pour pérenniser la structure les ressortissants ont recommandé la mise en place d’une fédération d’association des ressortissants dotée de l’autonomie financière et de la personnalité morale. Dans le cadre du démarrage de la commune les ressortissants de tous les villages composant la commune ont souscrit à une quête dont les produits ont été livrésà la commune.

Cet outil de prévention de conflit a permis d’instaurer le dialogue entre les ressortissants de la commune. Cela s’est traduit par une adhésion de la population au programme de développement en préparation par la commune. La demande faite par les ressortissants de la transformation du groupe de réflexion en une organisation mieux structurée dénote l’importance qu’ils accordent à ce cadre de concertation.

Notes

L’auteur est en service au MDRI= Mission de Décentralisation et des Réformes Institutionnelles