English français
 

Décentralisation, corruption et légalité

Un conseiller municipal saisit la justice pour obliger le maire à respecter les lois régissant les collectivités locales

By Sidiki Abdoul (September 2001)

En 1996, le Sénégal a connu une nouvelle réforme et territoriale qui érige les régions en collectivités locales et institue les communes d’arrondissement ( appelé par les populations les mairies de quartier ) dans la ville de Dakar capitale du pays au développement tentaculaire. Ce deuxième aspect de la réforme, en dehors des motivations politiques ( volonté du parti au pouvoir de reconquérir la capitale tombée dans l’escarcelle de l’opposition ), cherche aussi à promouvoir une gestion administrative de proximité afin que les élus soient davantage à l’écoute des administrés.

Mais rapidement cette réforme perd tout son contenu progressiste car les maires d’arrondissement vont rapidement reproduire les pratiques clientélistes et un mode gestion des deniers publics marqué par la non transparence, des pratiques qui ont caractérisé la gestion des communes au Sénégal depuis l’indépendance. Dans la commune d’arrondissement où je suis conseiller, le Maire décide un jour d’octroyer à chacun des 35 conseillers une enveloppe financière de 50 000cfa ( 500 FF ) soit disant pour les aider à faire face aux dépenses que devraient occasionner une fête musulmane. Une telle pratique est courante au Sénégal, car à l’approche des fêtes les maires pour s’attacher une clientèle politique, distribue de l’argent à leurs militants mais aussi à des conseillers municipaux soit pour les gagner à sa cause politique soit pour acheter leur silence. Face à cette situation, étant au fait des lois qui régissent la gestion financière des communes ( je suis financier de profession ), je d

écide d’attaquer le maire sur cette dilapidation des fonds publics car cette dépense n’est pas prévue dans les chapitres du budget. Par courrier je saisis les autorités compétentes : le ministre de la Décentralisation, le Sous-Préfet et le Président de la Section des comptes du Conseil d’Etat. Au delà de cet aspect, j’en profite pour poser globalement toutes les pratiques frauduleuses développées par le Maire dans la gestion du budget municipale dont une bonne partie est consacrée aux dépenses de carburant du maire.

  • -

Notes

Fiche réalisée à partir de documents internes dont deux lettres adressées à Monsieur le Ministre de la Décentralisation et au Président de la Section des comptes du Conseil d’Etat du Sénégal datées du 28/10/98. M FALL est conseiller municipal dans la commune d’arrondissement de Mermoz-Sâcré Cour