English français
 

Revendication : Des instituteurs assiègent le Premier Ministère

Theme-based keywords

Geographical keywords

Professional category keywords

By DJIMELI, Alexandre (2001)

Réclamant trois mois d’arriérés de salaires, des instituteurs vacataires en service dans la province du Centre au Cameroun ont organisé le 28 novembre 2000 un sit-in à l’esplanade de l’Immeuble Étoile à Yaoundé. La Primature leur a donné raison et a sommé la délégation provinciale de l’Éducation nationale (DPEN) ainsi que le Contrôle provincial des Finances (CPF) de traiter avec diligence leurs dossiers de paiement. Dans la semaine qui suivait le mouvement, la Trésorerie générale de Yaoundé a exécuté ces paiements.

" On nous a appelé de la Primature et on nous a traité de tous les noms d’oiseaux. Comme quoi nous ne voulons rien faire pour les citoyens qui souffrent ! Or, nous avions déjà envoyé les dossiers au Contrôle des Finances. ", affirme M. Ebanda, chef du service des affaires générales de la DPEN du Centre. " En tout cas, nous ne pouvons plus enseigner si nous n’avons pas de salaires ", rétorque nerveusement M. Evina, instituteur vacataire. C’est dans ce climat de contestation et de revendication que se sont déployées les relations entre les responsables de la DPEN et les instituteurs vacataires cette semaine-là à Yaoundé.

Depuis le début de l’année scolaire 2000/2001 en effet, ces instituteurs n’ont jamais eu de salaire. Ayant fait des requêtes sans succès à la délégation et au CPF de Yaoundé, ils ont choisi de s’adresser à la plus haute autorité du gouvernement afin que quelque chose soit fait pour eux. Les responsables de la Primature qui les ont reçus ont immédiatement téléphoné à la DPEN et au CPF pour leur recommander d’engager et de traiter le plus rapidement possible les bons de commande qui leur permettront de toucher leurs salaires. C’est alors que le contrôleur provincial des finances, M. Effilie Boto chez qui les dossiers traînaient depuis deux semaines, a daigné mettre la main à la patte. Ce mardi, il a visé les papiers jusqu’à cinq heures du matin. Dès le lendemain, les dossiers ont été acheminés à la Brigade de recouvrement de la Trésorerie générale de Yaoundé.

Là, les choses ne se sont pas très vite passées puisque les dossiers ont été une de fois de plus renvoyés à la délégation pour complément d’information. En effet, le nouveau mode de paiement des instituteurs vacataires exige que ces derniers soient payés par bon de commande et non plus par billetage comme c’était le cas. Cela implique qu’au lieu de signer un seul bon de commande pour les 178 vacataires recrutés par la DPEN, on doit plutôt engager 178 bon individuels qui permettront à chacun d’aller toucher personnellement au guichet de la Trésorerie générale. Voilà donc pourquoi les bons ont d’abord été renvoyés. Mais la délégation s’est battue dans la nuit du mercredi pour établir ces papiers et toute le journée de jeudi, la brigade de recouvrement a donné un visa sans opposition aux bons qui ont été aussitôt présentés au service de la dépense. Le vendredi 1er décembre, le service de la dépense a traité à son tour et a délivré un récépissé sur lequel le fondé de p

ouvoir a apposé son bon à payer. C’est après ces opérations que les bénéficiaires sont passés à la caisse la semaine qui suivait le mouvement de contestation.

 

DJIMELI, Alexandre T -  -

Organisme : PROGRAMME GOUVERNANCE CAMEROUN

 

Adresse : B.P. 30332 Yaoundé Courriel : interlignes@ifrance.com

 

MOTS CLES

Mots clés DPH :

Mots clés libres :

Géographie : CAMEROUN

 

[ Gouvernance - DPH L’AMI : 51 ]

Notes

Cette fiche a été réalisée par le collège des éducateurs dans le cadre du processus Gouvernance en Afrique : décentralisation et intégration régionale. Dans ce texte, Primature renvoie au Premier Ministère qui est dirigé par le chef du gouvernement camerounais, et l’Immeuble Étoile c’est le bâtiment qui abrite ses services à Yaoundé, la capitale du Cameroun.