English français
 

Mot-clé acteur : ong= organisation non gouvernementale

  • ABC = Amour pour la Bonne Cause

    ONG ABC est une organisation qui œuvre dans le domaine de l’assainissement et de la création des bassins d’emploi, elle finance aussi les activités génératrices de revenus par le canal de sa structure de micro finance.

  • ACIDH = Actions Contre l’Impunité pour les Droits de l’Homme

    Parmi les axes de travail de l’ACIDH, il y a les droits économiques sociaux et culturels, précisément la question des naissances naturelles

    Thèmes : Activités (promotion et protection)

    • Bonne gouvernance des réserves issue des ressources naturelles

    • La responsabilité sociale des entreprises minières

  • AFP = Association des Faiseurs de Paix

    l’association des Faiseurs de Paix est Née en 2001 à la suite d’une formation en technique de résolution pacifique des conflit organisée par le SADRI. L’AFP travaille dans la transformation des conflits ethniques, des ressources naturelles et des conflits de pouvoir.

  • ALCRER = Association de Lutte Contre le Racisme l’Ethnocentrisme et le Régionalisme

    L’ONG ALCRER a été créée le 23 décembre 1994 à Cotonou. Elle s’est spécialisée dans l’éducation de la couche juvénile et dans la sensibilisation des populations en période électorale. Elle a des structures décentralisées couvrant tout le territoire national.

    Elle s’est donnée pour missions principales de protéger, de promouvoir et de défendre les droits de l’homme et, de promouvoir la bonne gouvernance.

    Ses principaux objectifs sont :

    • Promouvoir la bonne gouvernance dans la gestion des affaires publiques ;

    • Protéger et préserver les Droits Humains au Bénin et en Afrique ;

    • Entreprendre des recherches, des études et toutes autres activités entrant dans le domaine de la protection des droits de l’Homme ;

    • Vulgariser partout au Bénin, les textes sur les Droits Humains ;

    • Lutter contre le régionalisme, l’ethnocentrisme, le racisme et le sectarisme et toutes autres formes de discriminations en encourageant le brassage entre les races et les peuples.

  • APDF = Association pour le Développement des Droits de la Femme

    APDF est une organisation non gouvernementale nationale qui s’est assignée comme mission de contribuer à la promotion des droits des femmes et des filles à travers des actions d’éducation, d’information, d’appui juridique et de lutte contre toutes les formes de violence faites aux femmes et filles.

    Elle travaille sur cette thématique au niveau local, national et international.

  • APIDEC = Association pour la Promotion des Initiatives de Developpement Communautaire

    l’Association pour la Promotion des Initiatives de Développement Communautaire (APIDEC) est une association de femmes engagées qui mettent leurs compétences et leur expériences au service de l’amélioration des conditions de vie des populations par le renforcement des capacités , le conseil et l’assistance dans toutes les initiatives de développement communautaire en vue de faciliter la promotion du développement social et en particulier celui des femmes et des enfants.

    L’APIDEC etl’ARGA ont conçu et exécutent ensemble le projet de gouvernance partagée sur la gestion des déchets solides et liquides en commune VI du district de Bamako.

  • APROFEM = Association pour la Promotion de la Femme et de l’Enfant au Mali

    L’APROFEM est une ONG locale crée en 1992.Son objectif est la promotion de la Femme. Ses activités couvrent la région de Sikasso, Ségou, Koulikoro et le district de Bamako. l’APROFEM intervient dans le domaine de :

    • la gouvernance locale,

    • l’insertion et la réinsertion sociale des mères de jumeaux mendiantes,

    • la prise en charge des personnes affectées ou infectées par le VIH/SIDA,

    • l’agriculture durable,

    • la promotion économique des femmes,

    • le renforcement des capacités des femmes,

    • la promotion des droits des enfants,

    • la réinsertion des enfants victimes de trafic.

  • APROFES = Association pour la Promotion de la Femme Sénégalaise

    L’APROFES est une organisation à but non lucratif créée par des femmes émanant d’une section féminine de l’ASC MAGG DAAN. Elle œuvre pour le bien être de la femme et des enfants particulièrement des filles.

    Elle s’active :

    • dans le domaine du leadership,

    • de l’entreprenariat et assure en son sein deux mutuelles de d’épargne et de crédit et de santé avec des démembrements au niveau de la base,

    • dans l’accès aux ressources et aux prises de décisions,

    • dans le renforcement des capacités,

    • de la santé communautaire et le SIDA en faisant de l’appui aux PVVIH,

    • dans la lutte contre les violences faites aux femmes et aux filles.

    Aussi, elle définie son expertise dans le domaine du plaidoyer et le lobbying, genre, et appartient aux réseaux Paix, Démocratie et Bonne Gouvernance du CONGAD dont elle assure la cellule locale, et CADTM entre autres.

    Elle est le point focal de la Coalition Nationale des Associations et ONGs en Faveur de l’Enfant (CONAFE).

    Elle a aussi assuré le projet pilote régionale sur les Pires Formes de Travail des Enfants et le projet pilote sur l’agriculture écologique avec l’appui de NDIAWARA CENTER.

  • APRONAPAKAT = Action pour la Protection de la Nature et des Peuples Autochtones du Katanga

    Promotion des droits des communautés locales et peuples autochtones en vertu des lois en la matière

  • ARCADE = Africaine de Recherche et de Coopération pour l’Appui au Développement Endogène

    ARCADE est une association citoyenne, laïque et apolitique, qui a pour objectifs:

    • de faciliter l’orientation des politiques et actions de développement dans un sens conforme aux aspirations des populations africaines ;

    • de valoriser les capacités endogènes et de renforcer les capacités des communautés de base, notamment les jeunes et les femmes ainsi que les couches vulnérables ou défavorisées, en matière d’analyse, d’orientation et de mise en œuvre de leurs projets de développement;

    • de renforcer les capacités des leaders et décideurs, en vue de contribuer à l’élaboration de stratégies de développement alternatif

    • de promouvoir l’unité des peuples du Sénégal, d’Afrique et du monde, grâce entre autres, au développement du partenariat local, africain et international au profit du développement endogène et durable.

  • ASA = Association Nationale des Sciences Administratives

    L’Association Congolaise des Sciences Administratives vise à Contribuer à l’amélioration de l’administration. Elle participe à la recherche, à des études, et aux publications et fait des études sur les différents problèmes de l’actualité.

    Par rapport à la gouvernance, l’organisation fait des études d’évaluation de la décentralisation au Congo, elle vise le développement et la gouvernance locale, la réforme administrative.

  • ASADHO/Katanga = Africaine de Défense des Droits de L’homme

    Implication de la structure dans la thématique :

    • Monitoring sur les notations des droits de l’homme liées à l’exploitation des ressources minières.

    • Plaidoyer pour amener les entreprises minières à mettre en application les principes internationaux sur les responsabilités sociales des entreprises et les droits de l’homme

    • Monitoring sur l’impact de l’exploitation des ressources minières sur l’environnement

    • Engagement en faveur de la coalition publies ce que vous payez de l’ITIE, luttant pour la révision ou réhabilitation des contrat miniers

  • ASAPSU = Association de soutien à l’autopromotion sanitaire urbaine (www.asapsu.org)

    Créée le 20 mai 1989, l’ASAPSU, Association de droit ivoirien est connue comme une organisation d’utilité publique. Elle a pour objectif de participer au développement par la promotion de la santé, en favorisant l’autopromotion des communautés urbaines et péri urbaines

  • ATD QUART MONDE-Sénégal = Mouvement International Agir Tous en Dignité

    Depuis 1982 et suite à l’invitation des membres actifs de la société civile, ATD Quart Monde est présent au Sénégal.

    Nous sommes un mouvement actif de combat et de résistance à la misère à l’extrême pauvreté. Dans notre sein et d’une façon militante et bénévole des personnes ayant l’expérience quotidienne de la misère se regroupent avec d’autres pour agir et changer leurs situations et en conséquence celles d’autres plus démunies et celles de sa communauté d’appartenance.

    50 membres actives travaillent aujourd’hui au Sénégal

    • Sam Sam 2,3 : Droit à l éducation, promotion économique et citoyenne

    • Guinaw Rails Nord : Mobilisation sociale contre les inondations /Promotion de l’habitat

    • Xelkom ( Pattes d Oie, zone de captage): Résistance citoyenne, droit à l’éducation

    Actions

    • Bibliothèque de Rue

    • Droit à l’éducation

    • Promotion de l’habitat, Chantier de solidarité, Mobilisation contre les inondations

    • promotion économique et sociale, poulailler communautaire

  • ATTAC-Togo = Association pour la Taxation des Transactions Financières et pour l’Action -Togo (www.attac-togo.org)

    Association altermondialiste d’éducation populaire tournée vers l’action

  • BDD = Bureau Diocésain de Développement

    Le BDD travaille à

    • la vulgarisation de code minier auprès des communautés locales du Territoire de Lubudi avec l’appui de la NDS

    • l’organisation des cadres de concertation avec les élus et les autorités locales

    • la cartographie participative des ressources des villages

    • aux études d’impact sur les droits de l’homme et l’environnement

    • l’accompagnement des producteurs agricoles dans l’approche agriculture durable (reboisement, recyclage des déchets agricoles et ménager, compostage etc.)

  • BPW-Cotonou = Business and Professional Women- Cotonou

    BPW est une organisation de femmes engagées dans différents domaines d’activités et qui œuvrent de par le monde, en étroite collaboration avec les hommes, pour un statut juste et équitable des femmes à toutes les échelles sociales, afin qu’elles prennent leurs responsabilités dans tous les domaines pour un développement réel et durable dans un monde de paix.

    Promouvoir l’excellence chez la femme à travers :

    • La création de cadre d’échanges des femmes

    • Le renforcement permanent des capacités dans le domaine économique, juridique, politique et social

    • Le « mentoring » et le « lobbying »

    • La facilitation de l’accès des femmes à l’information, la formation et l’éducation.

    Les objectifs de BPW sont :

    • 1-amener la femme à prendre ses responsabilités dans la vie professionnelle, économique, politique et sociale

    • 2-aider la femme à s’engager dans sa formation permanente

    • 3-cultiver et encourager le leadership des femmes

    • 4-amener la femme à penser et agir au niveau local, national et international

    • 5-travailler en partenariat avec des Organisations Nationales et internationales

    • 6-pratiquer l’amitié

  • C A D = Club Afrique Debout

    Club de réflexion qui se bat pour la prise en compte de la dimension historique et culturelle dans toute approche de développement en Afrique. Lutte pour l’intégration africaine. Fait de l’histoire et de la culture des instruments de prévention des conflits, de paix, d’unité et de développement du continent. Père idéologique: Cheikh Anta Diop dont il utilise les initiales.

  • CAFO = Coordination des Associations et ONG féminines du Mali

    La CAFO est un regroupement d’ONG et d’Associations féminines du Mali qui veut contribuer à valoriser le statut de la femme par des activités de formation et d’information, de plaidoyer et de lobbying.

    Elle apporte un appui technique à ses membres à travers des activités d’appui conseil et d’orientation en matière de recherche de financement. Elle assure l’interface entre ses membres et les autorités publiques.

  • CAO = Centre AFRICA OBOTA (www.afrikaobota.org/)

    Programme d’émissions radiophoniques, formation en éducation civique, programme de promotion des organisations locales, formation des ONG et groupements à la base, appui aux activités génératrice de revenus, appui dans la mobilisation de ressources productives

  • CEFOCRIM = Centre de Formation en Criminologie et Droits humains rattaché

    Le CEFOCRIM s’implique dans le secteur minier par les différentes recherches sur :

    la participation des communautés locales dans la mise en œuvre des principes volontaires sur les droits de l’homme en matières de la gestion et la sécurité dans l’axe Dikulushi

    • la gestion des conflits et le développement d’alternatives viables pour l’avenir de l’exploitation minière artisanale à Kolwezi

  • CEFORMAD = Centre de formation en Management et Développement organisationnel (www.ceformad.org)

    Le CEFORMAD est spécialiste en:

    • Formation des cadres des ONG, Entreprises publiques et privées, Administration dans le domaine de Management, Développement Organisationnel, Microfinance, Gestion financière, Gestion des conflits et l’accompagnement à l’autopromotion des initiatives locales de développement

    • Conseil en développement organisationnel, en management, en coaching et en supervision

    • Recherche action sur la gestion de la chose publique

  • CEPROCIDE = Centre de Promotion de la Citoyenneté pour un Développement durable à la base

    Le Centre de Promotion de la Citoyenneté pour un Développement durable à la base (CEPROCIDE) est une ONG nationale créée par le récépissé n°0348 du 12 Juin 1999 et l’Accord-Cadre n°01159 du 28 Septembre 1999. Le CEPROCIDE a une spécificité. Il se veut innovateur en focalisant ses interventions sur le renforcement des capacités de la société civile garant de la durabilité des actions de développement entreprises par les communautés à la base, l’Etat et ses partenaires.

    Domaines d’intervention : Zones d’intervention :

    Conception, élaboration et mise en œuvre des projets Sikasso

    Promotion des droits et devoirs du citoyen Koulikoro

    Information, formation et alphabétisation Et dans le reste du Mali

    Gouvernance démocratique, décentralisation et (activités ponctuelles).

    hydraulique villageoise

    Plaidoyer pour la promotion des intérêts de la société civile

    Promotion spécifique des droits de la femme et de l’enfant

    Santé et environnement

    Etude et recherche – Diagnostic participatif.

  • CEPROVA = Centre de Promotion des Valeurs Africaines

    Le Centre de Promotion des Valeurs Africaines (CEPROVA) est une association de droit camerounais déclarée à la Préfecture du Wouri à Douala le 12 mars 2002 sous le N° 062/RDDA/C19 BAPP. Le CEPROVA est actif dans les quartiers populaires et /ou précaires de Douala depuis septembre 2000. Cette association est née de la volonté de quelques personnes (travailleurs sociaux, techniciens, enseignants, juristes, travailleurs de l’informels et journalistes) qui veulent promouvoir le développement par la prise de conscience individuelle et collective des habitants des quartiers précaires de leur situation sociale, économique, environnementale et culturelle.

  • CIRGL ; ICGLR = Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs (www.icglr.org)

    La Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs (CIRGL) a été organisée suite aux nombreux conflits politiques qui ont marqué la Région des Grands Lacs. Le conflit le plus marquant fut le génocide rwandais de 1994, qui occasionna plus de 800.000 victimes et renforça l’instabilité politique en République Démocratique du Congo. La création de la CIRGL résulte de la reconnaissance de la dimension régionale de ces conflits et de la nécessité d’un effort concerté en vue de promouvoir la paix et le développement durable dans la région.

    La CIRGL comprend onze Etats membres, qui sont l’Angola, le Burundi, la République Centrafricaine, la République du Congo, la République Démocratique du Congo, le Kenya, l’Ouganda, le Rwanda, le Soudan, la Tanzanie et la Zambie.

    Les programmes principaux de la CIRGL sont :

    • Paix et Sécurité

    • Démocratie et Bonne Gouvernance

    • Développement Economique et Intégration Régionale

    • Questions Humanitaires et Sociales

    En outre, dans le cadre de son programme sur les questions transversales, la CIRGL aborde les questions liées au genre, à l’environnement, aux droits de l’homme, ainsi qu’au VIH/SIDA. Le processus de la CIRGL est basé sur deux principes, à savoir : l’appropriation du processus par les Etats de la Région des Grands Lacs et le partenariat avec les parties prenantes, en particulier le Groupe des Amis et des Envoyés Spéciaux qui fournissent un soutien financier, diplomatique, technique et politique.

  • CODEL = Convention des Organisations de la société civile pour l’Observation Domestique des Elections (www.codel.bf/)

  • C O P E D = Centre d’Observation et de Promotion de l’Etat de Droit

    ong de promotion de la démocratie, de l’Etat de droit et de la bonne gouvernance. s’intéresse au processus électoral:appui-conseil au cadre électoral, supervision et observation des élections,formation des citoyens à l’exercice de leur droit de vote.

  • CRONGD/Katanga = Régional des ONG de Développement/Katanga

    Implication de la structure dans la thématique :

    • Enquête sur la promotion, la protection et le respect des droits humains (sociaux économiques et culturels) au sein de l’entreprise minière SOMIKA avec l’appui de droit et démocratie

    • Enquête sur l’impact socio économique et environnemental de Kolwezi, Kilwa, Sakania, Likasi et Lubumbashi

    • Atelier provincial de restitution des résultats des différentes enquêtes.

    • Plaidoyer auprès des autorités et des entreprises sur la promotion et la protection des droits humains

    • Plaidoyer auprès des institutions international sur les responsabilités des entreprises minières vis-à-vis des communautés de base avec l’appui de Broederlijk delen

    • Plaidoyer auprès des autorités pour la promotion des pouvoirs paysan vis-à-vis des problèmes fonciers

  • CSCI = Convention de la Société Civile Ivoirienne (societecivile-csci.org)

    La Convention de la Société Civile Ivoirienne (CSCI), une grande faîtière nationale de la société civile comptant plus de 132 structures nationales, plu-ri-thématique

  • CTDDH = Coalition Togolaise des Défenseurs des Droits Humains

    CTDDH est un réseau de 22 organisations qui a pour objectifs la coordination des luttes de ces organisation et la protection des militants des droits humains souvent victime d’intimidation et de violence

  • DIAKONIA Burkina

  • Diakonia Burkina

    Diakonia est une Organisation non gouvernementale (ONG) internationale suédoise basée à Stockholm et présente dans 30 pays dans le monde, dont 9 en Afrique. La première source de financement de Diakonia, ce sont les cotisations de ses membres parce qu’elle est une organisation de la société civile suédoise. Historiquement, dans le cadre de ses actions humanitaires, ses membres mobilisaient des fonds pour venir en aide à plusieurs pays qui étaient en détresse dont le Burkina en 1987. Par la suite, Diakonia s’est structurée davantage pour devenir une ONG internationale de développement officiellement reconnue dans les différents pays d’intervention. A ce titre, l’ONG mobilise des fonds sous forme de subventions auprès du gouvernement suédois en sus des contributions de ses membres. Dans son évolution, Diakonia a opéré une déconcentration organisationnelle et une décentralisation présentielle qui lui permettent d’être opérationnelle en Suède, en Asie, au Moyen-Orient, en Amérique latine et en Afrique.

  • DONKO = Développement à la Base

    L’Organisation non Gouvernementale DONKO a été agréée suivant le récépissé n° 762 du 24 juillet 1991 ; son accord cadre avec le Gouvernement porte le numéro 224 du 27 août 1991.

    Mission

    Œuvrer au développement en se concentrant sur les domaines où la fragilisation des collectivités et celle de l’écosystème représentent de grands défis à la promotion et à l’émancipation des populations rurales en général et les femmes rurales en particulier

    Domaines d’intervention : Zones d’intervention :

    Santé / VIH/SIDA Kayes

    Environnement Sikasso

    Gouvernance démocratique. Gao.

    Lutte contre la pauvreté Koulikoro

    Micro crédit

    Décentralisation

  • ENDA TIERS MONDE = Environnement et Développement Tiers Monde (www.enda.m)

    Enda Tiers Monde est une ONG qui a été créée au Mali en 1995. C’est une organisation à caractère associatif et à but non lucratif.

    Domaines d’intervention : Zones d’intervention :

    Droit de l’Homme

    Santé/SIDA/lutte contre la drogue

    Genre/ développement de l’enfant et de la femme . Toutes les régions du Mali.

    Environnement.

    Economie

    Administration

    Energie/technologie

  • FCN = Forum civique national

    Créé le 27 mars 2004 et reconnu le 30 Août de la même année, le forum civique national a pour objectifs la formation à la citoyenneté, la contribution au débat pour le renforcement de l’Etat de droit, de réaliser des études et des recherches en vue de la formation à la citoyenneté, de se constituer en creuset de propositions et d’activités de renforcement de la citoyenneté, la réconciliation nationale et la paix sociale,la crédibilisation des institutions démocratiques au Faso.

    La FCN est organisé au niveau national par un Secrétariat exécutif permanent de 28 membres, des sections régionales et des commissions thématiques. Le FCN a actuellement en projet (recherche de financement en cours) de tenir un séminaire national sur le thème de l’Etat de droit et la conduite d’une étude sur l’ancrage de l’Etat de droit en rapport avec les traditions nationales. Dans le même temps, il a engagé un réseautage avec d’autres organisations pour des sessions de formation à la citoyenneté.

  • FONAC = Front des Organisations Nationales Association de Lutte contre la Corruption

    Réseau d’organisation de lutte contre la corruption au niveau de l’état et de la société civile dans les secteurs comme la douane, la santé l’économie, l’éducation : sensibilisation, interpellation, organisation de débats télévisés

  • GARDEM = Groupe d’Actions et de Recherche pour le Développement

    L’association est laïque, apolitique, philanthropique à but lucratif.

    Domaines d’intervention : Zones d’intervention :

    Santé Sikasso

    Gouvernance démocratique Koulikoro

    Environnement. Gao.

  • GRAD = Groupe de Recherche Actions pour le Développement

    Le GRAD est une association libre, apolitique, non gouvernementale, non religieuse, à but non lucratif ouvert à toute personne sans distinction de race, de sexe ni de religion.

    Domaines d’intervention : Zones d’intervention :

    Education Koulikoro

    Hydraulique villageoise Ségou

    Crédit Mopti.

    Sécurité alimentaire

    Gestion des conflits

    Appui à la décentralisation.

  • GRAD = Groupe de Réflexion et d’Action pour le Dialogue, la Démocratie et le Développement (www.gradtogo.org)

    Le Groupe de Réflexion et d’Action pour le Dialogue, la Démocratie et le Développement est le résultat de la formalisation du Groupe Informel de Réflexion (GIR).

    Les initiateurs ont décidé de passer du groupe informel au groupe formel dans les circonstances de violations de la constitution et des droits de l’homme suite au coup d’Etat militaire après le décès du président du TogoEyadema en 2005.

    Le but de l’organisation est de proposer aux autorités togolaises et aux partis politiques, des solutions politiques de sortie de crise basée sur le dialogue et la réconciliation.

    Elle entend apporter à tous les togolais le message des principes de la démocratie, de l’avènement d’un Etat de droit, du respect des droits de l’Homme et de la non violence.

    Dans le cadre de ses activités, le GRAD collabore avec une organisation des anciens chefs d’Etat africains.

    L’organisation a adressé de nombreux appels à l’endroit des populations, des médias, et des memoranda aux autorités, aux ambassades accréditées au Togo et aux institutions internationales sur la crise togolaise.

  • Groupe One = Groupe One - Entreprendre pour l’Homme et la Nature (www.groupeone.be)

    Groupe One, association sans but lucratif de droit belge, est une ONG internationale fondée en 1997, agrée par le Ministère de la Coopération au Développement et active en Afrique Centrale. Il s’agit d’un groupe de recherche et d’action sur le développement durable et le développement économique local. Son action se fonde sur l’équilibre entre l’économique, le social et l’environnemental et vise à favoriser le développement d’une économie au service de l’Homme et respectueuse de l’environnement.

    L’action de Groupe One en R.D.C. repose sur le renforcement des capacités des organisations locales et s’articule autour des thématiques suivantes :

    • Réinsertion socio-économique des creuseurs artisanaux des mines d’hétérogénite du Katanga;

    • Développement économique local, au travers de la mise en place de « guichet d’économie locale » offrant des services de formation et d’accompagnement aux micro-, petites et moyennes entreprises, associations de producteurs et autre structures à vocation économique ;

    • Appui à des filières à forte valeur ajoutée sociale et environnementale, porteuses en termes de développement durable, notamment liées à l’exploitation durable des ressources naturelles ;

    • Concertation, bonne gouvernance locale et sensibilisation à la responsabilité sociétale des organisations, notamment dans les domaines des ressources minières et forestières.

  • GTA-DEGOL

    Le Groupe de Travail et d’Appui à la Décentralisation et la Gouvernance Locale( GTA-DEGOL) est une structure spécialisée qui assure l’appui-conseil,l’assistance technique et l’évaluation des domaine touchant la décentralisation ,plus spécifiquement l’appropriation sociale et à la bonne gouvernance locale.

  • H .I.C - MALI = Coalition Internationale pour l’Habitat-Mali

    LA HIC-Mali intervient dans le domaine de l’accès à l’habitat en faveur des déguerpis et des personnes démunies d’une part et d’autre part, se planche sur la production sociale de l’habitat, qui consiste pour; elle à mener des études sur les conditions de vie( ouvrages d’assainissement, équipement marchants des populations,hygiène du milieu…) assorties de propositions visant à améliorer leur cadre de vie.

  • IDE Afrique = Innovation Environnement Développement Afrique (www.iedafrique.org)

    Le Fonds de Soutien aux Stratégies Locales d’Adaptation (FSSA ) est mis en place dans le cadre du Programme Adaptation aux Changements Climatiques en Afrique (ACCA), une initiative conjointe du CRDI et du DFID. Coordonné par IED Afrique, il vise à mettre à la disposition des organisations communautaires de base rurales, de petites subventions destinées à renforcer les initiatives qu’elles mettent en œuvre pour renforcer leurs capacités d’adaptation aux changements climatiques.

    Ce fonds fait ainsi un pari sur la capacité des populations rurales à assurer le leadership aussi bien dans la définition des stratégies d’adaptation que dans la gestion directe des ressources allouées pour renforcer ces initiatives, même si cette responsabilisation, peut s’appuyer au besoin sur un accompagnement méthodologique et technique des organisations bénéficiaires par les partenaires techniques travaillant avec elles.

  • I P S- NEPAD = Initiative Privée de Soutien au NEPAD

    une initiative pour soutenir le NEPAD : faire connaître le NEPAD par les populations africaines en général et togolaises en particulier,ce que le NEPAD attend des africains et ce que ceux-ci peuvent espérer avec ce nouveau partenariat.

  • JIGI = Espoir (www.ongjigi.org)

    JIGI (Espoir en français) est créée au Mali le 30 Avril 1991. C’est une ONG à but non lucratif, laïque.

    Vision :

    JIGI vise à ce que les communautés maliennes se gèrent démocratiquement, prenant en charge leurs problèmes de développement pour une amélioration de leurs conditions de vie.

    Domaines d’intervention : Zones d’intervention :

    Gouvernance démocratique

    Santé Partout en République du Mali.

    Environnement présentement à Ségou, Koulikoro et Mopti

    Formation

    Education

    Micro finance.

  • Laboratoire Citoyennetés (ACE-RECIT) = Association Construisons Ensemble-Laboratoire de recherche sur les Citoyennetés en transformation (www.Labocitoyennetes.org)

    Née de la réflexion de chercheurs et d’acteurs politiques et du développement de différents pays concrètement engagés dans les processus de réformes de l’Etat en Afrique, l’ACE-RECIT opte pour une décentralisation refondatrice de l’Etat (à terme) et moteur du développement local. Elle travaille non seulement sur les espaces actuellement communalisés, mais également sur les espaces communalisables. Elle mise sur l’hypothèse que la rencontre entre politique communale et réalité sociale peut avoir lieu, entraînant avec elle un sentiment d’appartenance et d’adhésion à la commune (nouvelle citoyenneté).

    L’association se considère comme un creuset où s’expérimentent des pratiques nouvelles, des « métiers nouveaux » d’analyse (cadre conceptuel nourri par la recherche) et d’action (façon de construire les négociations permettant de bâtir la cité, façon d’accompagner les acteurs locaux dans ces négociations..).

    L’ACE est constituée de chercheurs et de praticiens qui partagent une sensibilité commune, qui sont convaincus de la fécondité d’un croisement entre la recherche et l’action, et qui sont prêts à tenter l’aventure d’une mutualisation de leurs expériences pour développer progressivement une « expertise collective » nouvelle sur la cité et la citoyenneté.

    L’ACE se donne pour perspective de créer, partager et diffuser cette expertise auprès de différentes catégories d’acteurs, et notamment ceux qui définissent des politiques publiques locales et nationales relatives à la cité (collectivités locales).

  • L I T = Ligue des Indépendants pour la Transparence

    Ong de lutte pour la transparence, la bonne gouvernance et contre la corruption; de promotion de la paix et du développement. Elle éduque les masses et les pouvoirs publics et les citoyens à la gestion et au respect de la chose publique notamment aux conséquences politiques, économiques et sociales de la corruption.

  • LTDH = Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (www.ltdh.refer.org)

    Créée en 1990 par des avocats et des enseignants, elle s’occupe de la protection et de la promotion des droits de la personne.

  • MBDC = Le Mouvement Burkinabé pour le Développement et le Civisme

    Le MBDC est une organisation de jeunesse qui vise la promotion d’une synergie d’actions pour la défense et la promotion des droits humains avec tous les acteurs en général, et en particulier avec la jeunesse qui constitue 70% de la population burkinabè. Il a vu le jour en 2005 par la volonté de jeunes acteurs soucieux de contribuer au bien-être et à la pleine participation des jeunes au développement du Burkina Faso. Dans ce sens, le Mouvement travaille à renforcer la culture du civisme et de démocratie en milieu jeune.

  • NE = Nouvelle Ethique

    Promotion d’une rationalité favorable aux libertés publiques et au développement économique dans les domaines de la Gouvernance , de l’état de droit, de la transparence, de la responsabilité pour l’émergence d’une société civile et d’une opinion publique plus forte. R

  • Observatoire = Observatoire régional de promotion de la bonne gouvernance, de la citoyenneté, du contrôle citoyen de l’action publique, de la culture de la paix, des droits humains et de la démocratie

    L’observatoire de Kaolack qui est une émanation des acteurs de la société civile et des élus locaux a une mission de veille, d’alerte et de mobilisation des acteurs pour la promotion de la bonne gouvernance, de la citoyenneté, de la culture de la paix et des droits humains au niveau de la région de Kaolack.

    Ses objectifs

    • Contribuer à l’émergence de leaders, d’acteurs de développement et citoyens responsables et engagés, ouverts aux exigences de la bonne gouvernance, du contrôle citoyen de l’action publique, des droits humains et de la démocratie

    • Contribuer à la résolution durable des crises nées des conflits, des incompréhensions, des différends aux niveaux régional et local

    • Contribuer au renforcement des capacités des acteurs

    • Contribuer à faire prendre conscience aux dépositaires de mandats ou charges publiques, aux autorités religieuses et aux citoyens de leurs rôles et responsabilités relatives à la bonne gouvernance, à la citoyenneté, aux droits humains et à la culture de la paix

  • PREMICONGO = Protection des EcoRégions de MIOMBO au Congo (www.premicongo.org)

    Implication de la structure dans la thématique :

    • Beaucoup de recherches sur le respect des normes environnementales par les exploitants

    • Plaidoyer en faveur des droits des communautés

    • Implication dans l’ITIE

  • PREMI Congo = Protection des Ecorégions des Miombo au Congo

    Historique

    PREMI-Congo est née de l’initiative de quelques personnes qui ont eu deux sources principales d’inspiration, à savoir, la dégradation avancée de l’environnement du Katanga. Ainsi que l’atelier organisé à Lusaka en février 2002 par le Fonds Mondial pour la Nature (WWF). A ces éléments s’ajoute l’activité industrielle dont l’impact négatif sur l’environnement est de plus en plus inquiétant dans l’Hinterland minier du Katanga. L’atelier de Lusaka fût précédé par celui d’Harare en septembre 2001.

    Au cours de ce dernier, 22 régions considérées comme biologiquement importante dont l’écorégion de Miombo furent définies et délimitées. Il s’agit pour la République Démocratique du Congo des régions suivantes : La vallée de la LUFIRA, la dépression de KAMALONDO, les hauts plateaux de KUNDELUNGU et ceux de KIBARA, le lac MOERO, la vallée de LUAPULA et les régions aux alentours des grands centres urbains tels que Lubumbashi, Likasi, et Kolwezi. Toutes ces régions sont situées dans province du Katanga. Devant l’absence d’initiatives de la part des autorités du pays, un groupe de personnes dont les participants aux ateliers de LUSAKA et d’HARARE se réunirent pour créer une organisation non gouvernementale de protection de l’environnement dont l’action se focalisera sur la partie Congolaise des Miombo. Ainsi naquit le 30 mai 2002,la Protection des Ecorégions de Miombo, en sigle PREMI Congo.

     

    PREMI-Congo poursuit les objectifs suivants :

    • 1. Former et informer les acteurs des différents domaines de la vie pour lutter contre la destruction de l’environnement

    • 2. Etablir un équilibre entre l’écosystème productif et l’écosystème conservatif

    • 3. Protéger les nappes aquifères (par des stratégies de mise en défens et reboisement)

    • 4. Vulgariser les techniques alternatives à celles qui détruisent l’environnement.

    • 5. Protéger et conserver les espèces endémiques

    • 6. Valoriser les produits de la forêt claire

    • 7. Concevoir les projets de protection de la nature autour d’un partenariat dans lequel les communautés locales participent activement

    • 8. Créer une banque des données en matière de l’environnement des écorégions de Miombo.

    • 9. Promouvoir la sécurité alimentaire par des méthodes écologiques.

    Organisation et fonctionnement

    I.1. L’Assemblée Générale :

    Organe d’orientation et de décision, se réunit une fois par an. (PREMI Congo compte à ce jour 21 membres, personnes physiques et morales)

    I.2. Le Conseil d’Administration (CA)

    Est composé de cinq personnes qui se réunissent à la fin de chaque semestre.

    I.3. La Coordination

    Est le bureau exécutif, elle comprend 7 personnes qui travaillent de manière permanente sous la direction du coordinateur.

    PREMI Congo travaille également avec trois antennes au Katanga. ; MALEMBA NKULU, KISENGE et KALEMIE.

    PREMI Congo est membre du conseil régional des ONG du Katanga. Nous sommes également membre du réseau ressources naturelles de la RDC (RRN) dont nous sommes Point Focal pour le Katanga. Nous travaillons aussi en partenariat avec diverses organisations : Université de Lubumbashi, Rotary club, Lion’s Club, Conseil régional des ONGD (CRONGD/ Katanga), la FAO, le Programme Alimentaire Mondial, l’ICCN, etc.

    Nos réalisations.

    • Education à la protection de l’environnement ; activité permanente qui consiste à organiser diverses activités de formation et d’informations destinées souvent à la jeunesse ; émissions radio et télévisées, conférence dans les écoles, sur la protection de l’environnement et la connaissance des écorégions Miombo. Des brochures sont en préparation et la première publication est prévue pour décembre 2008. Nous vulgarisons aussi le code forestier, le code minier et le foyer amélioré.

    • Formation des femmes à la valorisation des produits forestiers non ligneux

    • Reboisement : depuis 2002, Nous reboisons systématiquement la nappe phréatique de KIMILOLO. Ce reboisement se fait avec les espèces forestières du Miombo. Il a été au début soutenu par le PAM dans le cadre du programme « vivres contre travail ». Depuis 2003, PREMI Congo continue ce reboisement avec ses propres moyens. A ce jour, 100 hectares ont été reboisés. Pour réaliser cette activité, PREMI Congo a mis en place une pépinière des essences forestières à KIMILOLO.

    • Valorisation des produits forestiers non ligneux ; pour détourner les populations rurales de la coupe du bois, Nous avons commencé un projet de valorisation des produits forestiers non ligneux. Ce projet encadre un groupe d’une vingtaine de femmes du village MIMBULU situé à 22km de Lubumbashi. Il consiste en la transformation des fruits sauvage en vins, gelée et confiture qu’elles peuvent vendre pour augmenter les revenus du ménage et ne palus se résilier à la coupe du bois. Cette activité est actuellement en cours de réalisation.

    • Foresterie communautaire : depuis 2004, nous travaillons en partenariat avec la FAO dans un projet de mise en œuvre de la foresterie communautaire conformément aux dispositions du nouveau code forestier. Dans ce projet, PREMI Congo à réaliser jusqu’à ce jour : une carte numérique de la chefferie de KAPONDA et du terroir de KIKONKE où le projet se déroule, un mémento sur la valeur marchande des produits forestiers non ligneux et Une étude sur la domestication des quelques produits forestiers non ligneux du Miombo qui ont disparus du Katanga.

    • Monitoring sur l’état des parcs nationaux et forêts classées du Katanga, lobbying et plaidoyer auprès des autorités et des exploitants miniers pour la défense des droits des communautés locales et peuples autochtones du Katanga menacés par le développement des activités industrielles minières (pollution, délocalisation des populations…)

    • Pépinière en préparation pour un reboisement à KISENGE dans le District du LUALABA.

    • Réunion de sensibilisation à la protection de l’environnement dans une école

    Cartographie numérique

    Dans le cadre du développement de la foresterie communautaire et de la défense des droits des communautés locales et peuples autochtones pygmées, PREMI Congo a mise en place une cellule de recherche et développement qui élabore les cartes des régions concernées par les activités.

  • RENLAC = Réseau National de lutte Anti-corruption (www. renlac.com)

    L’objectif général du REN-LAC est de contribuer à l’éradication de la corruption au Burkina Faso. A ce titre il se fixe les objectifs spécifiques suivants:

    • mener des campagnes de sensibilisation sur le phénomène de la corruption par l’organisation de journées de réflexion, séminaires, conférences, et par des publications;

    • donner son avis sur tout dossier relatif à la corruption, faire des propositions de mesures à prendre, suivre leur application effective et en faire publicité dans un but éducatif;

    • contribuer à la prise par l’Etat de mesures visant à combattre les actes de corruption dans les transactions commerciales nationales et internationales

  • REPED = Réseau Panafricaniste pour l’Entraide et le Développemen (reped.e-monsite.com/)

    Le Réseau Panafricaniste pour l’Entraide et le Développement est une association constituée afin de promouvoir, développer, favoriser et vulgariser l’esprit du panafricanisme dans le but de susciter une prise de conscience de la nécessaire union des peuples africains pour un développement harmonieux et l’expansion des échanges entre les communautés

  • RLD/Mali = Réseau Réussir la Décentralisation au Mali (www.cek.com.ml)

    Le réseau RLD est un programme de L’IIED et de ses partenaires au Sahel. Il se propose d’aider à relever les défis de la gestion durable et équitable des ressources naturelles dans le contexte de la décentralisation.

    Les objectifs:

    • contribuer à approfondir la décentralisation tout en tenant compte de la gestion durable des ressources naturelles,

    • aider à construire des institutions participatives et responsables à tous les niveaux;

    • informer les politiques des pratiques de terrain pour réaliser les deux premiers objectifs.

    Les axes thématiques portent sur:

    • le transfert de compétences;

    • la planification communal de la GRN;

    • les conventions locales/ la prévention et la gestion non violente des conflits;

    • l’intercommunalité,

    • genre et GRN

    • plaidoyer

  • SABA = Solidarité pour l’Autopromotion à la Base

    ONG Malienne créée en 1995 du besoin d’appui aux populations dans les processus de résolution de leurs problèmes fondamentaux. Intervenant principalement dans les secteurs de l’éducation, la Santé, le Développement économique local. principales compétences: Mise en place et gestion d’organisations communautaires, Diagnostic et renforcement organisationnel et institutionnel, identification et mise en œuvre (appui à la gestion) d’activités économiques,Formation des adultes, alphabétisation, Information Éducation et Communication, la prévention et gestion des conflits, appui au montage de dossiers de financement, mobilisations sociales pour la réalisation infrastructures communautaires.

  • SABA = Solidarité pour l’Autopromotion à la Base

    Solidarité pour l’Autopromotion à la Base (SABA) est une ONG malienne créée en 1995. Elle est apolitique à but non lucratif.

    Mission :

    Soutenir les efforts des communautés de base à renforcer leur autonomie.

    Domaines d’intervention : Zones d’intervention :

    Education/Formation Koulikoro

    Santé Ségou

    Environnement Mopti

    Développement coopératif/Gouvernance démocratique Tombouctou.

    Activités économiques.

  • SADRI = Service d’Appui au Développement Intégré

    Le SADRI est une Organisation Non-Gouvernementale de Développement (ONGD)Confessionnelle dont le rayon d’action s’étend sur l’ensemble du territoire de la Province du Katanga. Ses actions visent les populations pauvres du Katanga, dont particulièrement les enfants et les femmes.

    La mission du SADRI est de contribuer au développement de la République Démocratique du Congo, en général, et de la Province du Katanga, en particulier, en apprenant aux populations du Katanga à se libérer de la pauvreté et à œuvrer pour une vie en abondance tout en recherchant l’épanouissement intégral de l’homme.

    Son objectif est de contribuer à l’amélioration des conditions de vie socio-économiques, politiques et culturelles des populations du Katanga en particulier et de la République Démocratique du Congo en général.

    Plus concrètement, il s’agit de :

    • Contribuer à l’accroissement de la production agropastorale des Organisations Paysannes (OP)

    • Contribuer à l’amélioration de la situation sanitaire et nutritionnelle

    • Promouvoir la culture de la démocratie et de la paix par la formation aux vertus démocratiques, aux droits humains, à l’état des droits, à la bonne gouvernance et à la résolution pacifique des conflits.

    • Permettre l’accès à des infrastructures scolaires de qualité à un plus grand nombre d’enfants et promouvoir l’alphabétisation des adultes

    • Contribuer au renforcement des capacités des communautés ecclésiastiques et des organisations paysannes (OP)

    • Contribuer à la protection de l’environnement.

    Corollairement à son objectif, le SADRI intervient dans 6 domaines :

    • La Recherche de la sécurité alimentaire

    • La Promotion de la santé communautaire et nutritionnelle

    • L’éducation civique

    • L’éducation nationale

    • Le renforcement des capacités organisationnelles des communautés de base

    • La protection de l’environnement

  • SADRI = Service d’appui au développement régional et intégral (www.sadri.cd)

    APERCU HISTORIQUE

    En vue de participer au développement du pays, l’ECC (ECZ à cette époque, c’est-à-dire : Eglise du Christ au Zaïre) créa le Groupe Technique Central (GTC) en décembre 1973. Essentiellement centralisé, le GTC était doté de services susceptibles de coordonner toutes les actions de développement à travers le pays. Cette centralisation était justifiée par le souci de conscientiser les forces vives en vue d’obtenir leur participation et leur responsabilisation dans le travail de développement que l’ECC s’est décidée de réaliser.

    Devant la lenteur administrative, la conception technocratique des projets, la bureaucratisation du travail que la centralisation développa, l’ECC et les partenaires d’outremer décidèrent de décentraliser le programme par pool d’abord et ensuite en juin 1979, en créant le Groupe technique d’Encadrement Régional (GTER) dans chaque Province (région à l’époque).

    Cette décentralisation permit le changement du rôle du GTC et la responsabilisation des GTER pour le développement régional. Le GTC conseillera aux GTER d’organiser et de consolider les Bureaux de Développement Communautaire (BDC) qui devraient les relayer dans leur progression vers la base, la paroisse et le village. Mais cette façon de procéder ne permettant pas de saisir les réalités des bénéficiaires des projets, il sera initié en juillet 1989 une nouvelle façon de concevoir le programme de développement à partir de la base. Et par la suite, le Comité Exécutif National de l’ECC, siégeant dans une session extraordinaire à Kinshasa, du 04 au 08 décembre 1989, dans le souci de réglementer la gestion démocratisée du programme de la participation de l’ECC au développement du pays, adopta les textes portant « Règlement intérieur du programme de participation de l’ECC au développement du pays »

    Dans la Province du Katanga (Région du Shaba à l’époque), le GTER est créé le 30 juin 1981, mais il ne deviendra effectivement opérationnel qu’en 1983. Durant des années, le GTER/Katanga est resté un grand bénéficiaire du soutien financier de CHRISTIAN AID et de PAIN POUR LE MONDE. En 1989, avec l’autorisation de la Présidence nationale de l’E.C.C., une délégation Suisse a entrepris de former une équipe de développement organisationnel au sein des GTER.

    Après une évaluation, cette délégation recommanda au Comité Exécutif du Synode du Katanga (Shaba) de restructurer le GTER/Katanga. Ce dernier, tenant compte des conclusions de l’évaluation du GTER/Katanga, de la gravité de la situation de la population congolaise en générale et Katangaise en particulier et de la nécessité de redéfinir sa mission, ses objectifs et des stratégies d’approches pratiques et réalistes susceptibles d’avoir un impact positif et réel sur les populations pauvres du Katanga, organisa en décembre 1994 un séminaire atelier qui regroupa les responsables des BDC et les membres de l’équipe du GTER, séminaire à l’issue duquel le GTER/Katanga se mua en Service d’Appui au Développement Régional Intégré (SADRI).

    L’importance toujours croissante du SADRI autant que les exigences de ses partenaires financiers imposeront au SADRI de se doter d’une structure de type associatif. Notamment, en accord avec le Service des Eglises Evangéliques en Allemagne pour le Développement (EED), alors son partenaire financier principal, le Cabinet AGESFO, Service d’Appui Local de l’EED auprès de ses partenaires d’Afrique Centrale, réalise un diagnostic organisationnel au SADRI et recommande entre autres l’élaboration des textes organiques et de gestion propres et adaptés.

    Considérant toutes ces références structurelles, conceptuelles et méthodologiques, les multiples défis liés au nouveau contexte, les contraintes légales et en vue de doter le SADRI des organes et des textes de base et de gestion pour renforcer son efficacité, les communautés de l’ECC/Katanga, réunies à Lubumbashi, du 28 au 30 janvier 2008, en session extraordinaire du Synode Provincial, instituent le SADRI en une Association sans But Lucratif (ASBL) le 30 janvier 2008, consacrant ainsi formellement le passage du SADRI d’un simple département de développement dudit Synode à une ASBL et une ONGD confessionnelle.

    Le SADRI obtient l’autorisation provisoire de fonctionner puis sa personnalité juridique respectivement le 30 juillet 2008 et le 18 octobre 2008.

  • SECO/ONG = Secrétariat de Concertation des ONG nationales du Mali

    Le SECO/ONG a été créé pour coordonner les actions des ONG nationales membres à travers la concertation et la mobilisation des ressources.Il sert de cadre de représentation des ONG nationales au sein des institutions et autres partenaires en vue d’influencer les politiques et programmes de développement au niveau national.

  • SOS CIVISME TOGO = Savoir Oser et Solidariser pour le Civisme au Togo

    Section Togo du Réseau Ouest africain des animateurs de l’action civique, SOS CIVISME Togo travaille à l’emergence d’un nouveau type de citoyen au Togo, à la promotion de la démocratie et du développement local. Il acompagne les processus électoraux au Togo (à travers des actions de sensibilisation des populations et d’observation électorale). Il est membre de la Concertation nationale de la société civile (CNSC Togo) et de la Synergie citoyenne pour des élections démocratiques au Togo (SYCED). Certains de ses membres sont des facilitateurs semi-accrédités BRIDGE

  • SUO = Soeurs Unies à l’Oeuvre (www.soeursunies.ca.tc)

    Sœurs Unies à l’œuvre est une Organisation Non Gouvernementale à caractère national qui a été créée le 4 Avril 1993. Les dix premières années ont été consacrées aux actions sociales en direction des groupes très vulnérables que sont les orphelins, les centres d’éducation nutritionnelle des femmes nourrisses, des conseils aux jeunes filles et aux femmes en vue de leur autonomisation économique.

  • SW = Social Watch/ Contôle Citoyen (www.socialwatchbenin.org)

    Social Watch est une initiative internationale des organisations de la société civile impliquées dans les processus de suivi des résolutions des Nation Unies par rapport au Sommet Social pour le Développement de Copenhague et à la Quatrième Conférence Mondiale sur les femmes à Beijing.

    Social Watch International a été créé en 1995 et est formé d’Organisations Non Gouvernementales, d’Institutions, ou de Groupes de citoyens nationaux, ayant pour but de participer, au niveau de la Société civile, au contrôle et au suivi de la mise en œuvre des engagements pris à l’échelle internationale par les gouvernements et les institutions internationales à travers des évaluations, des rapports et à travers l’organisation de plaidoyers afin de susciter la volonté politique nécessaire pour la mise en œuvre des ces engagements.

    Social Watch International envisage de développer des approches participatives pour créer des espaces pour le dialogue et l’échange au sein des OSC et avec les gouvernements, d’influencer les politiques de développement social et de provoquer un changement positif. Ceci se traduit par l’organisation de larges coalitions, le renforcement de mouvements à la base en particulier les capacités des pauvres et de leurs organisations au niveau local en vue de leur participation effective au processus de développement.

    Dans la mesure où les Objectifs du Millénaire pour le Développement résument l’esprit de Copenhague et de Beijing, leur suivi est un pas conséquent correspondant à la stratégie qui est à la base du réseau Social Watch.

    Social Watch Bénin est membre du Social Watch International qui à comme objectif prioritaire de faire rendre compte aux gouvernements des promesses qu’ils ont faites lors des conférences internationales sur le combat de pauvreté et l’égalité des sexes.

    Le point focal national a été porté sur les fonts baptismaux le 18 mars 2005 au terme de l’atelier national organisé par l’ONG Sœurs Unies à l’Oeuvre, en collaboration avec le Programme des Nations Unies pour le Développement et la SNV organisation Nerlandaise pour le développement, sur la participation de la Société Civile à la revue du sommet du Millénaire. Il regroupe en son sein environ 150 OSC répandu sur toute l’étendue du territoire au Sud au Centre et au Nord du Bénin, et qui interviennent dans divers secteurs d’activités tels que l’éducation, l’agriculture, la santé, l’environnement, l’eau, la promotion des droits des femmes…

    Social Watch Bénin est constitué d’un comité technique composé des 6 Organisations de la Société Civile qui sont les organisations fondatrices du réseau.

  • TIMBUKTU INSTITUT = African Center for Peace Studies (www.timbuktu-institute.org)

    Timbuktu Institut, tire son nom de la cité historique Toumbouctou du Mali qui a produit de grands érudits musulmans qui ont légué un patrimoine religieux énorme. Ce centre travaille principalement sur le radicalisme religieux en Afrique et propose des alternatives.

  • TROIS AG (3 AG) = Association d’Aide et d’Appui aux Groupements (Ruraux et Urbains)

    Trois AG (3 AG) est une ONG malienne créée en Mars 1990

    Elle s’est donnée pour missions de travailler sur l’allègement des tâches domestiques des femmes en intervenant principalement sur :

    • L’hydraulique villageoise dans le Mandé

    • La santé, l’éducation de base, l’Epargne-Crédit Tiakadougou

    • L’agriculture, l’élevage,

    • La bonne gouvernance, la décentralisation

    • La protection de l’environnement,

    • Le plaidoyer et le lobbying.

    Zones d’intervention : Koulikoro ; Sikasso

  • UNAMAB = Union Nationale des Magistrats du Bénin (UNAMAB)

    L’UNAMAB est une association loi 1901 qui regroupe des magistrats, avec pour objectifs :

    • De regrouper et d’unir en son sein sur la base de l’adhésion volontaire les magistrats du cadre de la Magistrature et les auditeurs de justice ;

    • De défendre les intérêts professionnels (matériels et moraux) de ses membres ;

    • De défendre l’indépendance du pouvoir judiciaire, celle du juge et le principe de l’inamovibilité des magistrats du siège ;

    • De restaurer et de consolider l’autorité attachée aux décisions de justice ;

    • D’étudier, de préparer et de faire appliquer, de concert avec toutes les autorités compétentes, toutes mesures relatives à la bonne administration de la justice ;

    • De proposer, en cas de besoin, toutes dispositions susceptibles d’améliorer le droit positif béninois ;

    • D’œuvrer pour le respect des lois et des règlements ainsi que des droits fondamentaux de la personne humaine et des libertés publiques

  • USAFRICA = Association des Etats Unis d’Afrique

  • VDAE = Volontaires pour le Devellopement et l’Assainissement de l’Environnement

    Assure la salubrité et l’assainissement du cadre de vie des populations par l’enlèvement d’ordures dans les ménages,la suppression des dépotoirs sauvages d’ordures, l’aménagement d’espaces verts et le curage des caniveaux. Intègre des activités touristiques au Togo et à l’étranger. Mettre en place le concept d’écotourisme au Togo.

  • WANEP TOGO = West African Network for Peace Building Togo (www.wanep.org)

    Section de Wanep International, le Wanep Togo composé de 17 organisation, milite pour la promotion de la paix et la culture de non violence.

  • Welcome Cameroun

    En 2005, des milliers de camerounais ont été expulsés des pays où ils avaient migré souvent dans des conditions inhumaines. Welcome Cameroun a été créé pour assister ces expulsés en créant notamment des structures d’accueil.

  • WELCOME-Togo

    WELCOME est une ONG qui travaille depuis longtemps dans des domaines variés touchant aux droits de la femmes, aux droits de l’enfant, au travail domestique et à la gestion des ordures ménagères à Lomé.

  • WILDAF-BENIN = Women in Low and Developpement in Africa - Bénin

    Réseau d’ONG et Association de femmes et mixtes de promotion et de défense des droits des femmes en Afrique et il existe une section au Bénin.

    Ce réseau a milité pour l’adoption du Code des personnes et de famille jusqu’à sa promulgation.

    Il dispose d’un centre de droit qui s’occoupe des violations des droits des femmes et surtout des femmes battues et violentées.

  • WILDAF - FeDDAF = Women in Law and Development in Africa - Femmes Droit et Développement en Afrique (www.wildaf-ao.org)

    Crée en Mars 1995, le WILDAF/Mali est un réseau regroupant une vingtaine d’associations et une cinquantaine de membres individuels, dont le but est la protection et la promotion des droits de la femme et de l’enfant.

    Il a pour objectifs d’instaurer une culture d’exercice et de respect des droits.

    Ses activités sont surtout:

    • Le renforcement de capacité

    • Les études et recherches

    • Le plaidoyer

    • La production d’outils

    • L’assistance et l’appui juridique aux femmes et enfants victime de violation.

    Le WILDAF/Mali dispose d’un Conseil d’administration et d’un bureau de Coordination.